Cardio 1ère mondiale : remplacement de la valve aortique par chirurgie mini-invasive

Pour la première fois une équipe stéphanoise de chirurgie cardio-vasculaire vient de remplacer une valve aortique par voie exclusivement endoscopique. De juillet à décembre 2013, cinq patients ont bénéficié de cette nouvelle technique, inédite au niveau mondial, mise en œuvre par le Docteur Marco Vola, chargé du développement de la chirurgie cardiaque mini-invasive au CHU de Saint-Etienne,

Pour la première fois une équipe stéphanoise de chirurgie cardio-vasculaire vient de remplacer une valve aortique par voie exclusivement endoscopique. De juillet à décembre 2013, cinq patients ont bénéficié de cette nouvelle technique, inédite au niveau mondial, mise en œuvre par le Docteur Marco Vola, chargé du développement de la chirurgie cardiaque mini-invasive au CHU de Saint-Etienne, avec le soutien du Professeur Jean-François Fuzellier, de toute l’équipe chirurgicale du service de chirurgie cardiovasculaire dirigée par le Professeur Jean-Noël Albertini, chef de service, et le Professeur Jean-Pierre Favre, chef du pôle cardio-vasculaire.
Le remplacement d’une «valve malade» comprend le nettoyage du siège du dispositif avant l’insertion d’une nouvelle valve dans le cœur du patient. Une intervention lourde qui, même avec les techniques les moins invasives, impliquait jusqu’à présent l’ouverture du thorax des patients sur plusieurs centimètres afin d’effectuer l’opération sous contrôle directe de la vue. Le chirurgien devait écarter l’espace entre les côtes ou pratiquer une fracture partielle du sternum pour exploiter d’abord favorablement la voie, puis agir sur la cible chirurgicale.
La nouvelle approche, totalement endoscopique réduit le traumatisme
chirurgical de la paroi thoracique,
tout en offrant  une bonne maîtrise du
geste chirurgical. Des micro-incisions de quelques millimètres, sont effectuées sur le thorax du patient. Ces incisions sont suffisantes pour permettre le passage d’instruments chirurgicaux, des valves adaptées et des fibres optiques de 5 mm de diamètre, qui vont guider le geste par voie endoscopique. Un acte mini-invasif qui assure au patient une récupération post-opératoire bien plus rapide.

A ce jour, cinq personnes ont bénéficié de cette avancée. Le Docteur Marco Vola souligne avec prudence qu’il s’agit pour le moment d’une opération réalisable sur des patients sélectionnés pour leur anatomie. A terme, l’essor de cette nouvelle approche sera intimement lié à l’évolution des plateaux techniques dédiés et à l’expertise de l’équipe opératoire pluridisciplinaire (chirurgiens, anesthésistes, cardiologues, perfusionnistes, infirmiers).
La reconnaissance du travail des équipes du CHU de Saint-Etienne.
La revue « The Journal of Thoracic and Cardiovascular Surgery », leader en
chirurgie cardio-thoracique, souligne l’importance de l’innovation en publiant le travail des chirurgiens stéphanois, dans un article intitulé « First human totally
endoscopic aortic valve replacement : an early report » (premier
remplacement valvulaire aortique humain totalement endoscopique).
L’avancée stéphanoise marque une étape dans l’évolution technique de la chirurgie cardio-vasculaire ; un progrès qui, à l’avenir, pourra bénéficier à un grand nombre de patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.