Cardio : Atout coeur – une gamma caméra en médecine nucléaire

Gamma caméra cardiaqueLe service de médecine nucléaire du Groupement Hospitalier Est vient de se doter d'une Gamma caméra cardiaque à semi conducteurs. Il n'existe que 5 appareils de ce type en France (3 dans des hôpitaux privés de Paris, 1 au CHU de Bordeaux). Il s'agit d'un système innovant d'imagerie nucléaire, dédiée à la cardiologie. L'appareil réalise une scintigraphie* qui délivre des images du coeur en action : seules les zones physiologiquement actives apparaissent sur l'image.
Cliquer pour agrandirLe service de médecine nucléaire du Groupement Hospitalier Est vient de se doter d’une Gamma caméra cardiaque à semi conducteurs. Il n’existe que 5 appareils de ce type en France (3 dans des hôpitaux privés de Paris, 1 au CHU de Bordeaux). Il s’agit d’un système innovant d’imagerie nucléaire, dédiée à la cardiologie. L’appareil réalise une scintigraphie* qui délivre des images du coeur en action : seules les zones physiologiquement actives apparaissent sur l’image.

Pratiqué après un test d’effort, l’examen permet d’évaluer la circulation du sang au niveau du muscle cardiaque et de donner des renseignements sur sa fonction et ses capacités de contraction du coeur. La qualité des images produites en 3D facilite une meilleure prise en charge de la maladie coronarienne.

Un traceur composé d’une molécule vectrice et d’un élément radioactif est injecté. Le traceur se localise sur le coeur. Le marqueur radioactif émet un rayonnement gamma qui va être détecté par la Gamma-caméra.

L’examen avec la Gamma caméra cardiaque à semi conducteurs est indiqué dans les troubles du rythme cardiaque, la maladie coronarienne et la cardiopathie entre autre.

Pour les patients, un double avantage : réduction très significative de la dose d’exposition et rapidité d’acquisition des images (3-5 minutes au lieu de 15-20mn).

Le coût du matériel est de 650 000 €. Le service de médecine nucléaire estime son activité à 2 500 examens/an.

* La scintigraphie est une imagerie d’émission (c’est-à-dire que le rayonnement vient du patient après injection d’un traceur) par opposition à l’imagerie conventionnelle radiologique qui est une
imagerie de transmission (le faisceau est externe et traverse le patient).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.