Cardio : Atout coeur – une gamma caméra en médecine nucléaire

Gamma caméra cardiaqueLe service de médecine nucléaire du Groupement Hospitalier Est vient de se doter d'une Gamma caméra cardiaque à semi conducteurs. Il n'existe que 5 appareils de ce type en France (3 dans des hôpitaux privés de Paris, 1 au CHU de Bordeaux). Il s'agit d'un système innovant d'imagerie nucléaire, dédiée à la cardiologie. L'appareil réalise une scintigraphie* qui délivre des images du coeur en action : seules les zones physiologiquement actives apparaissent sur l'image.
Cliquer pour agrandirLe service de médecine nucléaire du Groupement Hospitalier Est vient de se doter d’une Gamma caméra cardiaque à semi conducteurs. Il n’existe que 5 appareils de ce type en France (3 dans des hôpitaux privés de Paris, 1 au CHU de Bordeaux). Il s’agit d’un système innovant d’imagerie nucléaire, dédiée à la cardiologie. L’appareil réalise une scintigraphie* qui délivre des images du coeur en action : seules les zones physiologiquement actives apparaissent sur l’image.

Pratiqué après un test d’effort, l’examen permet d’évaluer la circulation du sang au niveau du muscle cardiaque et de donner des renseignements sur sa fonction et ses capacités de contraction du coeur. La qualité des images produites en 3D facilite une meilleure prise en charge de la maladie coronarienne.

Un traceur composé d’une molécule vectrice et d’un élément radioactif est injecté. Le traceur se localise sur le coeur. Le marqueur radioactif émet un rayonnement gamma qui va être détecté par la Gamma-caméra.

L’examen avec la Gamma caméra cardiaque à semi conducteurs est indiqué dans les troubles du rythme cardiaque, la maladie coronarienne et la cardiopathie entre autre.

Pour les patients, un double avantage : réduction très significative de la dose d’exposition et rapidité d’acquisition des images (3-5 minutes au lieu de 15-20mn).

Le coût du matériel est de 650 000 €. Le service de médecine nucléaire estime son activité à 2 500 examens/an.

* La scintigraphie est une imagerie d’émission (c’est-à-dire que le rayonnement vient du patient après injection d’un traceur) par opposition à l’imagerie conventionnelle radiologique qui est une
imagerie de transmission (le faisceau est externe et traverse le patient).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.