Cardio : le mini-pacemaker sans sonde s’implante aussi en Bourgogne

Le CHU de CHU Dijon Bourgogne vient d'annoncer la 1ère implantation d’un stimulateur cardiaque sans sonde en Bourgogne sur un patient âgé de 76 ans souffrant d’une arythmie cardiaque permanente, responsable de battements cardiaques trop lents. L'intervention (45 minutes) réalisée par l’équipe de Rythmologie du Pr Gabriel Laurent s'est déroulée le vendredi 25 mars 2016. Le patient va très bien et il a pu regagner son domicile deux jours après l’intervention.
Le CHU de CHU Dijon Bourgogne vient d’annoncer la 1ère implantation d’un stimulateur cardiaque sans sonde en Bourgogne sur un patient âgé de 76 ans souffrant d’une arythmie cardiaque permanente, responsable de battements cardiaques trop lents. L’intervention (45 minutes) réalisée par l’équipe de Rythmologie du Pr Gabriel Laurent s’est déroulée le vendredi 25 mars 2016. Le patient va très bien et il a pu regagner son domicile deux jours après l’intervention.
Le « mini-pacemaker » (Micra® TPS, Medtronic) a été placé dans le ventricule droit par la veine fémorale gauche. Ce système révolutionnaire a déjà fait la preuve de son efficacité à travers plusieurs essais cliniques mondiaux. Le dispositif ne requiert aucune sonde, ce qui limite fortement les complications habituellement rencontrées avec les stimulateurs classiques. Du fait de cette miniaturisation, il n’y aucun boitier visible sous la peau. 
La longévité de la batterie est estimée à 10 ans, comparable aux stimulateurs classiques. La rapidité et la sécurité de l’implantation devrait favoriser progressivement son utilisation dans les centres accrédités pour la pratique de l’électrophysiologie interventionnelle.
Le CHU de Dijon rejoint ainsi le cercle très fermé des centres compétents pour l’implantation de ces appareils par cathétérisme interventionnel : 20 en France dont une douzaine de CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.