Cardio : le plus petit stimulateur au monde implanté à Clermont-Ferrand

2,6 cm de long et 0, 6 cm de large, le plus petit stimulateur cardiaque au monde, le Micra™ TPS (Trans Catheter pacing system) vient d’être implanté dans le cœur d’un patient souffrant de ralentissements du rythme cardiaque par les Docteurs Frédéric Jean et Romain Eschalier du service de Cardiologie Cardiologie (unité de stimulation cardiaque et défibrillation cardiaque) du CHU de Clermont-Ferrand. Une avancée majeure en matière de stimulation cardiaque.

2,6 cm de long et 0, 6 cm de large, le plus petit stimulateur cardiaque au monde, le Micra™ TPS (Trans Catheter pacing system) vient d’être implanté dans le cœur d’un patient souffrant de ralentissements du rythme cardiaque par les  Docteurs Frédéric Jean et Romain Eschalier du service de Cardiologie Cardiologie (unité de stimulation cardiaque et défibrillation cardiaque) du CHU de Clermont-Ferrand. La  technique d’implantation innovante et la taille du dispositif permettent de réduire le temps d’intervention ainsi que la durée de convalescence ; une  avancée majeure en matière de stimulation cardiaque.
Les bénéfices pour les patients
La taille du Micra™ TPS est comparable à celle d’un gros comprimé de vitamines soit un dixième de la taille d’un stimulateur cardiaque classique (< 2 grammes, 0.8cc, 6.7×25.9 mm). C’est à l’heure actuelle le plus petit système de stimulation transcathéter au monde.
Le Micra™ TPS est un dispositif miniaturisé sans sonde entièrement autonome, conçu pour fournir aux patients souffrant de bradycardie la technologie de stimulation la plus avancée, avec une approche mini-invasive. Actuellement celui-ci ne peut remplacer que les stimulateurs cardiaques simple chambre (c’est-à-dire avec une seule sonde dans le ventricule droit).
Le Micra™ TPS est mis en place directement dans le cœur via un cathéter inséré dans  la veine fémorale. Une fois positionnée, cette CardioCapsule est solidement attachée aux parois du ventricule et peut être repositionnée si nécessaire. La CardioCapsule ne nécessite pas l’utilisation de sondes de stimulation cardiaque pour se connecter avec le cœur. Fixé au cœur par de petites ancres, le stimulateur cardiaque délivre les impulsions électriques qui régulent le rythme cardiaque grâce à une électrode située à l’extrémité du dispositif.
La mise en place du Micra™ TPS ne requiert pas d’incision dans la poitrine ou la création d’une «poche» chirurgicale sous la peau, contrairement aux techniques d’implantation actuelles de stimulateur cardiaque. Quant aux risques infectieux, ils doivent être considérablement réduits.
La combinaison de ces technologies innovantes élimine une source de complications potentielles liées au dispositif et supprime tout signe visible de l’appareil. Les patients n’ont plus de cicatrice et bénéficient d’un temps de convalescence plus court.

A l’avenir, cette technologie pourra être élargie à l’ensemble des patients avec des implantations dans plusieurs cavités cardiaques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.