Cardio : les nouveaux pacemakers miniatures stimulent le cœur des nîmois

"Pour la première fois, un pacemaker miniature de dernière génération a été implanté sur deux adultes originaires du Languedoc‐Roussillon souffrant d'insuffisance cardiaque" a annoncé l'équipe de Rythmologie du CHU de Nîmes. L'intervention s'est déroulée le 18 février 2016. Les patients ont pu regagner leur domicile dès le lendemain après une intervention sous anesthésie locale ayant duré moins d’une heure.

"Pour la première fois, un pacemaker miniature de dernière génération a été implanté sur deux adultes originaires du Languedoc‐Roussillon souffrant d’insuffisance cardiaque" a annoncé l’équipe de Rythmologie du CHU de Nîmes. L’intervention s’est déroulée le 18 février 2016. Les patients ont pu regagner leur domicile dès le lendemain après une intervention sous anesthésie locale ayant duré moins d’une heure.
Le pacemaker est un dispositif médical permettant d’accélérer le rythme cardiaque des patients dont le cœur bat trop lentement. Jusqu’alors, l’appareil se composait d’un boitier contenant la batterie et le système électronique, logé sous la peau, en dessous de la clavicule, et de sondes introduites par les veines et fixées dans les cavités cardiaques pour apporter au cœur la stimulation électrique.
Le nouveau dispositif, de 24 mm de longueur et 8 mm de largeur, s’implante directement dans le ventricule du patient. Ses atouts sont nombreux : pas de sonde, ni de boitier sous la peau, pas d’incision donc pas de cicatrice et moins de risques d’infections. L’intervention s’effectue par une simple ponction au niveau de la veine fémorale, sans incision ni cicatrice.
Après plusieurs années de test et déjà près de 1 000 patients implantés à travers le monde, ce pacemaker vient d’être commercialisé en France

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.