Cardio : mini-chirurgie innovante pour remplacer une valve mitrale à cœur fermé

La "Heart Team" du CHRU de Lille vient de réaliser la 1ère implantation française d’un catheter transapical avec une prothèse mitrale adaptée. Cette avancée représente un espoir pour toutes les personnes souffrant d’insuffisances mitrales sévères, trop fragiles ou trop âgées pour bénéficier d’une chirurgie classique et pour qui il n’existait pas alternative thérapeutique.
La "Heart Team" du CHRU de Lille vient de réaliser la 1ère implantation française d’un catheter transapical avec une prothèse mitrale adaptée. Cette avancée représente un espoir pour toutes les personnes souffrant d’insuffisances mitrales sévères, trop fragiles ou trop âgées pour bénéficier d’une chirurgie classique et pour qui il n’existait pas alternative thérapeutique. 
La Transcatheter Mitral Valve Replacement (TMVR) est une implantation mini-invasive d’un cathéter transapical par accès veineux et en suivant la progression sur une imagerie multimodale. Cette chirurgie évite l’ouverture de la cage thoracique. Moins invasif, ce procédé réduit le risque opératoire. Il diminue la durée du séjour à l’hôpital et celle de la convalescence.
"La prise en charge chirurgicale de l’insuffisance mitrale est le seul traitement ayant montré un bénéfice en cas d’insuffisance mitrale sévère symptomatique, explique le Dr Thomas Modine, chirurgien cardiaque au CHRU de Lille. Pourtant, environ 50 % des patients concernés ne peuvent être traités par la chirurgie (pour des raisons liées à l’âge notamment). Pour ces patients, le remplacement de la valve mitrale à cœur fermé (par voie percutanée) peut être proposé commune une solution alternative."
La valve mitrale est située entre l’oreillette gauche et le ventricule gauche. Elle est formée de 2 valvules, qui une fois ouvertes ont une forme de mitre (d’où son nom). Lorsque cette valve manque de continence, et que le sang fuit d’une cavité dans l’autre au lieu d’aller dans l’aorte, on parle d’insuffisance mitrale. Si elle n’est pas traitée cette valvuloptahie peut être à l’origine d’insuffisance cardiaque grave.
L‘insuffisance mitrale est la 2ème valvulopathie la plus fréquente parmi les pathologies des valves cardiaques, et son incidence devrait augmenter dans les années à venir. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.