Cardio : nouveau dispositif 3D dans le traitement de malformations chez l’enfant

Deux enfants de cinq ans atteints de malformations cardiaques ont bénéficié du système de dernière génération d’images échocardiographiques 3D et de fluoroscopie "Echonavigator". Cette 1ère en Europe s'est déroulée au CHU de Toulouse, le 6 novembre 2015. Les jeunes patients ont été réveillés juste après le geste, sans avoir à séjourner en réanimation. Ils sont retournés chez eux après 36 heures et leur état de santé est très satisfaisant, près d'un mois après l'intervention. Véritable révolution technologique

Deux enfants de cinq ans atteints de malformations cardiaques ont bénéficié du système de dernière génération d’images échocardiographiques 3D et de fluoroscopie "Echonavigator". Cette 1ère en Europe s’est déroulée au CHU de Toulouse, le 6 novembre 2015. Les jeunes patients ont été réveillés juste après le geste, sans avoir à séjourner en réanimation. Ils sont retournés chez eux  après 36 heures et leur état de santé est très satisfaisant, près d’un mois après l’intervention. Véritable révolution technologique de fusion d’images, le nouveau dispositif installé dans la salle de cathétérisme de l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse, permet de visualiser en 3D et en dimension réelle le cœur et de traiter certaines malformations cardiaques chez l’enfant sans recourir à la chirurgie à cœur ouvert.
Echonavigator :  une innovation aux bénéfices multiples
Une fermeture de communication interventriculaire qui ne laisse aucune cicatrice sur le thorax, une durée d’intervention réduite, un temps d’anesthésie plus court, moins de rayonnement, une récupération plus rapide et un séjour d’hospitalisation abrégé, tels sont les nombreux avantages de la nouvelle technique encore à l’essai. En effet, les deux opérations ont été conduites dans le cadre du projet de recherche clinique, piloté par le Pr. Philippe Acar, cardiologue et pédiatre, et élaboré avec le Dr Sébastien Hascoet, cardiologue interventionnel, et le Dr Khaled Hadeed, cardiologue échographiste 3D. L’enjeu de l’étude est de vérifier la faisabilité technique d’Echonavigator, en permettant à 40 jeunes patients atteints de malformations cardiaques d’être traités sans recourir à la chirurgie à cœur ouvert. Déjà un troisième enfant âgé de 9 ans a pu être opéré le 27 novembre 2015 à l’hôpital des Enfants par et grâce à ce nouveau dispositif d’image 3D.
Cathétérisme cardiaque : traiter sans cicatrice
Auparavant, la majorité des anomalies cardiaques congénitales ne pouvaient être traitées que par chirurgie cardiaque conventionnelle. Aujourd’hui le cathétérisme cardiaque qui consiste à introduire par les vaisseaux (veine ou artère) un cathéter (« tuyau ») permettant d’accéder aux cavités cardiaques permet à la fois d’effectuer des analyses diagnostiques et une intervention thérapeutique.
Un cathétérisme s’effectue dans un bloc opératoire stérile. Les cathéters sont manipulés par le médecin et guidés par les rayons X. Réalisé sans arrêter ni ouvrir le cœur contrairement à la chirurgie, le cathétérisme ne nécessite pas de circulation extracorporelle. La récupération est plus rapide avec une hospitalisation courte. Le risque de complications (infection, hémorragie,…) est plus faible et il n’y a donc pas de cicatrice cutanée.
Avec le nouveau dispositif d’imagerie 3D, Echonavigator, le praticien visualise en direct le cœur en dimension réelle et le trajet des sondes. Il optimise la réparation endovasculaire ou chirurgicale. « La fusion entre rayons X et ultrasons est une véritable révolution technologique. Voir le cœur en trois dimensions permet de décrire précisément la malformation cardiaque de l’enfant. » explique le Pr. Acar. Les praticiens apprécient les conditions optimales de confort, de sécurité et de guidage du geste.
Chaque année, le CHU de Toulouse traite près de deux cents enfants en chirurgie et cent cinquante autres par voie percutanée. Les jeunes patients sont issus de Midi-Pyrénées pour les 75% d’entre eux, mais aussi de plus en plus des régions voisines, le Limousin et Languedoc-Roussillon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.