Cardio : traitements de pointe des troubles du rythme cardiaque, 1ères en Caraïbe

Traiter les arythmies par radiofréquence (chaleur) ou par cryo-ablation (froid) réclame une haute technicité et une expertise que seuls détiennent des centres de référence comme le CHU de Martinique (CHUM). Depuis le début de l'année l'établissement, centre de référence de la Caraïbe, a effectué 9 fibrillations atriales 5 par cryo-ablation et 4 par radiofréquence.

Traiter les arythmies par radiofréquence (chaleur) ou par cryo-ablation (froid) réclame une haute technicité et une expertise que seuls détiennent des centres de référence comme le CHU de Martinique (CHUM). Depuis le début de l’année l’établissement, centre de référence de la Caraïbe, a effectué 9 fibrillations atriales 5 par cryo-ablation et 4 par  radiofréquence.

Le développement de cette nouvelle activité offre aux patients de Martinique et de la Caraïbe la possibilité de bénéficier sur place des toutes dernières avancées en cardiologie. Ils n’auront plus à se rendre en métropole. Ces interventions de pointe ont été rendues possible grâce à une coopération exemplaire avec le Pr Michel Haissaguerre (CHU de Bordeaux), à la tête de LIRYC, l’Institut de RYthmologie et de modélisation Cardiaque, un des 6 Instituts hospitalo-universitaires de France, lauréat du programme Investissements d’Avenir.
 
Un engagement des équipes et un investissement matériel
Soucieuses d’offrir le meilleur aux patients, les équipes du CHU de Martinique, médicales et paramédicales ont reçu une longue formation dans les hôpitaux privés  de Rhône Durance (Avignon) et Clairval à Marseille(Le Dr Demoniere et  une infirmière se sont déplacés). Quant au CHU, il a investi dans des équipements technologiques de pointe pour la cryo-ablation et l’ablation par radiofréquence. Ce projet a été piloté par le Docteur Fabrice Démonière, cardiologue au CHUM.
 
En savoir plus sur la fibrillation atriale
La fibrillation auriculaire, aussi appelée "fibrillation atriale", est un trouble du rythme cardiaque (ou "arythmie") responsable de battements de cœur très rapides et irréguliers. Son apparition est favorisée par certains troubles cardiaques préexistants, des affections hormonales ou rénales, l’obésité et le diabète. Ces troubles peuvent survenir par épisodes, qui durent parfois plusieurs jours, entre lesquels le rythme du cœur est régulier ou être permanents (l’irrégularité des contractions cardiaques est alors constante).
En temps normal le cœur bat au rythme régulier de 60 à 100 battements par minute (au repos).La fibrillation auriculaire peut provoquer plus de 150 battements de cœur par minute.
 
Des facteurs prévalents bien présents dans les DOM
La fibrillation auriculaire peut survenir de manière isolée, mais le risque de développer cette affection augmente pour les patients atteints de certaines maladies : hypertension artérielle ; * obésité ; diabète ; maladie rénale chronique…
 
La technique de l’intervention
Une sonde est introduite par l’aine pour arriver à l’intérieur du cœur. Il s’agit d’aller au plus près des zones de fibrillation anarchique et de le traiter par hyper refroidissement d’une sonde au contact de la zone ou par radio fréquence (pour une fibrillation atriale paroxystique le choix se porte sur la cryo ablation, pour les fibrillations atriales permanentes, les flutters gauches et les autres cas, la radiofréquence est utilisée).
Les premières ablations ont été réalisées avec la collaboration du Pr Haïssaguerre (CHU de Bordeaux), du Dr Mouhoub Yamina (Hôpital Pitiè Salpétrière) et du Dr Prevost (CH Privée de Clairval). 

Les bénéfices pour le patient
En Martinique de nombreux patients sont victimes d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Le traitement des arythmies cardiaques par radiofréquence ou par cryo-ablation est un moyen de les éviter.
 
Les équipes impliquées pour déployer ces nouveau traitements au CHUM
Docteur Fabrice Démonière, cardiologue au CHUM qui a piloté ce projet
Professeur Michel Haissaguerre, CHU de Bordeaux
Dr Sébastien Prevot, rythmologue au centre privée Clairval  de  Marseille.
Dr Mouhoub Yamina, rythmologue au CHU pitié salpétrière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.