Cardio : un pacemaker miniature

Le premier stimulateur sans sonde a été posé au CHU de Saint-Etienne au cours du mois de juin 2015 par le Pr Antoine Da Costa et le Dr Cécile Roméyer-Bouchard, rythmologues dans le service de Cardiologie du Pr Karl Isaaz. Le patient, un homme de 66 ans souffrait d’insuffisance cardiaque et l’obstruction des accès veineux ne permettait pas la mise en place d’un pacemaker classique. Il a donc bénéficié d'un pacemaker miniature.
Le premier stimulateur sans sonde a été posé au CHU de Saint-Etienne au cours du mois de juin 2015 par le Pr Antoine Da Costa et le Dr Cécile Roméyer-Bouchard, rythmologues dans le service de Cardiologie du Pr Karl Isaaz. Le patient, un homme de 66 ans souffrait d’insuffisance cardiaque et l’obstruction des accès veineux ne permettait pas la mise en place d’un pacemaker classique. Il a donc bénéficié d’un pacemaker miniature.

L’intervention a duré une trentaine de minutes. Le patient a pu rentrer chez lui 24 heures plus tard. Saint-Etienne est le 3ème CHU de France à poser des pacemakers miniatures, sans intervention chirurgicale ni cicatrice. L’appareil bénéficie bénéficie d’un marquage CE.

Un nouvelle génération de dispositifs ultra miniaturisés
Plus de 60 000 Français sont équipés d’un stimulateur cardiaque chaque année. Depuis la première implantation en 1958, le design des appareils n’a pas beaucoup évolué, même si leur taille s’est réduite. Un pacemaker comprend généralement un boîtier implanté sous la peau, avec une pile et un ordinateur miniaturisé. L’appareil envoie des impulsions électriques au cœur pour améliorer ses contractions, grâce à des sondes qui sont situées dans les veines du au cœur. Ces sondes sont le maillon faible du dispositif. Elles peuvent se casser, entraîner une infection, ou se déplacer. Autres inconvénients : une cicatrice visible vers l’épaule et un boîtier apparent. 
Les cardiologues ont donc cherché à se passer des sondes et à améliorer le dispositif. Résultat : l’ultra miniaturisation des dispositifs Micra TPS ("Transcatheter Pacing System", système de stimulation transcathéter) développé par la société Medtronic. Ces stimulateurs de dernière génération sont installés directement à l’intérieur du ventricule, au moyen d’un cathéter introduit dans la veine fémorale. L’intervention est réalisée sans geste chirurgical ni cicatrice, et sans sensation de masse sur le haut de la poitrine. Les risques infectieux devraient être considérablement réduits. 

Révolution technologique, ce pacemaker de la taille d’une capsule de 8mm/24mm est équipé d’une batterie dont la durée de vie est de 9 à 13 ans, comparable aux pacemakers classiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.