Cardio : une solution de télésuivi développée à Bordeaux

L’e-santé au service de l'insuffisance cardiaque ! Constatant que le patient qui allait se faire opérer avait besoin d’être rassuré et informé avant son hospitalisation et qu’un suivi à distance simple et efficace s’avérait nécessaire après, Nicolas Pages, interne en anesthésie-réanimation au CHU de Bordeaux a imaginé un lien continu entre le domicile et l'hôpital.

L’e-santé au service de l’insuffisance cardiaque ! Constatant que le patient qui allait se faire opérer avait besoin d’être rassuré et informé avant son hospitalisation et qu’un suivi à distance simple et efficace s’avérait nécessaire après, Nicolas Pages, interne en anesthésie-réanimation au CHU de Bordeaux a imaginé un lien continu entre le domicile et l’hôpital. Son système appelé Satelia propose au patient de suivre un lien envoyé par SMS.

Créer un lien digital entre le domicile et l’hôpital 

La personne s’inscrit sur le site et reçoit des informations et consignes pour son hospitalisation future. Une fois opéré et de retour à son domicile, elle est sollicitée de temps en temps pour répondre à un court questionnaire et ainsi communiquer son état à l’hôpital. Les concepteurs ont veillé à ce que cet outil digital fiable et sécurisé se révèle facile à utiliser. « La rapidité et la simplicité sont primordiales pour qu’une solution e-santé marche » souligne Nicolas Pages.
Soucieux d’améliorer le suivi de ses patients, le CHU de Bordeaux s’est associé à Satelia en mars 2018. Un mois plus tard, en avril 2018, la start up reçoit l’agrément Etapes (Expérimentations de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé) de la DGOS. Le télésuivi des patients est alors remboursé 100% par la Sécurité sociale.  Après 8 mois de collaboration, la plateforme vient d’intégrer le centième patient et les deux partenaires dressent un bilan positif de leur collaboration.
D’abord du point de vue du patient. Avec son téléphone portable et une connexion à internet, il lui suffit d’un simple clic sur le lien envoyé par SMS pour se rendre s’enregistrer sur un site web. Il répond à 8 questions simples, et une navigation aisée lui offre la possibilité de visionner de courtes vidéos sur sa maladie afin de mieux la connaître et s’informer. « En insuffisance cardiaque, 90 % des personnes que nous suivons ont entre 65 et 85 ans, et notre solution est très appréciée du fait de sa simplicité. »explique Nicolas Pages.
Le patient « non connecté » n’est pas oublié : un infirmer le contacte par téléphone afin de répondre au questionnaire.  Résultat : les patients connaissent mieux leur maladie, ses traitements et son évolution. Ils apprennent à détecter les éventuelles complications et à recourir d’une manière plus adaptée aux services de soins. Ils apprécient la facilité et la rapidité de saisie sur le formulaire et l’absence d’application à télécharger.
Les soignants font aussi part de leur satisfaction. L’usage de la plateforme Satelia ne requiert qu’une formation de moins d’une heure. Sa naviagation fluide et intuitive permet un gain de temps médical précieux. Sur un tableau de bord, les patients suivent en direct l’état de leurs patients. Ils accèdent au détail des constantes et à leurs variations et en un coup d’œil ils repèrent les éventuelles complications via un code couleur. Rouge : danger, orange : à surveiller, vert : tout va bien. Le lien patient-soignant s’en trouve renforcé. De plus, Satelia est interopérable avec les dossiers des patients.
Le CHU, quant à lui, apprécie de proposer un suivi plus qualitatif à ses patients et de renforcer le lien, domicile hôpital. Pour l’établissement, le fait de s’associer à des solutions e-santé et de les faire grandir en son sein est un gage de qualité et de modernité.
Le Dr. François Picard, cardiologue au CHU de Bordeaux, témoigne : « Satelia est simple et facile à utiliser. Cela me permet de mieux suivre les patients. Ceux atteints d’insuffisance cardiaque gagnent en confort de vie : ils connaissent mieux leur maladie et ont des rendez-vous ajustés selon leur état.  La plupart des patients sont d’ailleurs satisfaits de garder un lien avec l’équipe pluridisciplinaire qui les prend en charge ».
1,1 million de Français souffrant d’insuffisance cardiaque sont potentiellement concernés par les solutions de télésuivi.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.