Cardiologie : 200ème implantation de valve aortique sans chirurgie et innovation sur la valve mitrale

Les équipes de cardiologie de l’hôpital Pontchaillou ont deux bonnes raisons de se réjouir en cette fin d’année 2012 : elles célèbrent la 200ème implantation d’une valve aortique sans chirurgie et une avancée : la pose d’un Mitraclip® pour enrayer les fuites mitrales

Les équipes de cardiologie de l’hôpital Pontchaillou ont deux bonnes raisons de se réjouir en cette fin d’année 2012 : elles célèbrent la 200ème implantation d’une valve aortique sans chirurgie et une avancée : la pose d’un Mitraclip® pour enrayer les fuites mitrales
200ème implantation d’une valve aortique sans chirurgie
Atteinte la plus fréquente des valves aortiques du coeur, le rétrécissement aortique calcifié du sujet âgé est aujourd’hui traité grâce à une technique développée par le Professeur Alain Cribier, cardiologue interventionnel au CHU de Rouen, permettant d’implanter une nouvelle valve ne nécessitant pas une intervention chirurgicale « à coeur ouvert ». La première valve a été implantée par cette technique au CHU de Rennes en février 2009. Depuis le nombre d’interventions n’a cessé de croître et c’est ainsi que la 200ème valve a pu être implantée le mardi 30 octobre.
L’implantation d’une valve par voie artérielle est discutée lorsque la chirurgie conventionnelle de remplacement valvulaire aortique n’est pas possible ou lorsque le risque opératoire est jugé trop élevé (patient âgé avec souvent plusieurs maladies associées comme une insuffisance respiratoire sévère). La procédure a lieu dans une salle de cathétérisme interventionnelle ou dans une salle dite «hybride» – bloc opératoire équipé d’une installation de cardiologie interventionnelle. Sans ouvrir le thorax et sans incision chirurgicale, la valve calcifiée est remplacée par une nouvelle valve. Montée sur un cathéter, elle est introduite par les artères périphériques, le plus souvent l’artère fémorale. Le cathéter glissé dans l’artère est guidé à l’intérieur de l’aorte jusqu’au niveau de la valve calcifiée. La position de la nouvelle valve sera ajustée, puis la valve mise en place. Plusieurs opérateurs – cardiologues interventionnels, chirurgien, anesthésiste – interviennent durant la procédure d’implantation. Au décours, le patient est surveillé 24 à 72 heures en Unité de Soins Intensifs de Cardiologie. La durée de l’hospitalisation peut être courte, de l’ordre de 4 à 5 jours.
1ère intervention sans chirurgie sur une valve mitrale
Une autre atteinte des valves cardiaques, la fuite de la valve mitrale peut aussi poser des problèmes de traitement avec l’impossibilité de proposer une réparation ou un remplacement chirurgical de la valve.
La valve mitrale, située entre l’oreillette et le ventricule gauche, fonctionne comme un clapet de 2 feuillets, qui bloque normalement le retour de sang vers l’oreillette. Une fuite importante de cette valve peut dilater et empêcher le fonctionnement normal du coeur. Le traitement se fait habituellement par chirurgie (réparation ou changement de la valve). Cependant, certains patients sont trop affaiblis pour permettre une opération « à coeur ouvert ». C’est dans ce cadre qu’un nouveau traitement a été mis au point : le Mitraclip®. Celui-ci consiste en une agrafe qui va réunir les 2 feuillets, réduisant l’importance de la fuite. Cette agrafe est positionnée en passant uniquement par une veine de la cuisse, sans ouvrir le thorax, ce qui constitue son principal avantage. Cette procédure longue et difficile, réalisée chez un patient sous anesthésie générale, requiert une parfaite collaboration entre les différents médecins cardiologue interventionnel, chirurgien et échographiste. Les premières études réalisées sur ce traitement novateur sont très encourageantes.
La première implantation de clip sur la valve mitrale a été réalisée le 8 octobre 2012 au CHU de Rennes, seul centre breton à pratiquer cette technique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.