Cardiologie : découverte d’un nouveau marqueur du bon cholestérol… son dosage sauvera des vies

Les chercheurs toulousains viennent de breveter une nouvelle technique de dosage du bon cholestérol dans le sang. Ce marqueur appelé IF1 (Inhibitory Factor One) a été testé avec succès sur 1 317 patients. Les résultats ont été publiés dans la prestigieuse revue américaine le « Journal of Lipid Research ». Les équipes poursuivent leurs travaux afin de généraliser le dosage à l’ensemble des patients.

Les chercheurs toulousains viennent de breveter une nouvelle technique de dosage du bon cholestérol dans le sang. Ce marqueur appelé IF1 (Inhibitory Factor One) a été testé avec succès sur 1 317 patients. Les résultats ont été publiés dans la prestigieuse revue américaine le « Journal of Lipid Research ». Les équipes poursuivent leurs travaux afin de généraliser le dosage à l’ensemble des patients.
Le dépistage du mauvais cholestérol, ces mauvaises graisses LDL qui s’accumulent sous forme de plaques dans nos artères et finissent par les obstruer, est essentiel pour connaître le risque individuel de maladies cardiovasculaires. Or, rappellent les cardiologues, il est tout aussi indispensable de connaître avec précision le taux de bon cholestérol (HDL). En effet, une carence en bon cholestérol exprime un risque aggravé d’athérosclérose (dépôt de lipides sur la paroi des artères) – même si le mauvais cholestérol, a pu être stabilisé par différentes thérapeutiques, dont les statines.
Réalisé en routine, le dosage du bon cholestérol ne bénéficiait pas d’un marqueur assez précis et fiable ; une mesure imparfaite qui ne fournissait pas d’information prédictive de maladies coronariennes.
Les équipes du Docteur Laurent Martinez (INSERM) et des Professeurs Jean Ferrières et Bertrand Perret (CHU de Toulouse) viennent de mettre au point un nouveau marqueur, appelé IF1 associé de manière très significative à la survenue de la maladie coronarienne. L’évaluation qu’il fournit permet de discriminer de manière très performante les malades des sujets sains.
Des recherches fondamentales conduites dans le laboratoire du Docteur Laurent Martinez (INSERM 1048) ont permis de découvrir IF1. La mise au point de la technique de dosage a été menée par le Dr Annelise Genoux dans le laboratoire de biochimie du Professeur Bertrand Perret (Hôpital Purpan, CHU de Toulouse) et les premiers dosages humains ont été réalisés au sein de la Fédération de Cardiologie par l’équipe du Professeur Jean Ferrières (Hôpital Rangueil, CHU de Toulouse).
Les premiers résultats de 1 317 patients ont été publiés en septembre 2013 dans une prestigieuse revue américaine, le « Journal of Lipid Research ». Ce dosage a fait l’objet d’un brevet et les travaux se poursuivent afin de le généraliser à l’ensemble des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.