Cardiologie : une étude de l’AP-HP démontre l’efficacité des stents actifs chez les plus de 75 ans

La pose de stents de dernière génération chez les patients de plus de 75 ans limite les saignements et réduit de façon significative les incidents cardiovasculaires à un an. Tels sont les résultats concluants d'une étude clinique menée par l'AP-HP sur 1200 patients. Des travaux publiés dans The Lancet.
La pose de stents de dernière génération chez les patients de plus de 75 ans limite les saignements et réduit de façon significative les incidents cardiovasculaires à un an. Tels sont les résultats concluants d’une étude clinique menée par l’AP-HP sur 1200 patients. Des travaux publiés dans The Lancet
Le Pr Olivier Varenne, du service de cardiologie de l’hôpital Cochin, AP-HP et de l’université Paris Descartes, ainsi que ses collaborateurs des hôpitaux Ambroise-Paré, HEGP, Henri-Mondor, Lariboisière et Pitié-Salpêtrière, AP-HP ont évalué une nouvelle stratégie d’angioplastie coronaire chez les patients de plus de 75 ans. L’étude SENIOR a porté sur les stents actifs de dernière génération avec une durée courte de double antiagrégation plaquettaire: soit 1 mois chez les patients stables et 6 mois chez les patients instables. Un procédé qui présente l’avantage de réduire les saignements qui peuvent conduire à une réhospitalisation. 

Un essai multicentrique sur 1200 patients

L’utilisation de ces stents actifs a été comparée, dans le cadre d’un essai randomisé multicentrique international, à celle de stents nus chez 1 200 patients coronariens. Les résultats sont probants: l’utilisation de stents actifs induit une diminution significative du taux d’événements cardiovasculaires à un an, principalement par une forte réduction du risque de réintervention.

Cette étude,  publiée en novembre 2017, dans The Lancet, ouvre la voie à une stratégie associant stent actif de dernière génération et avec une durée courte de double antiagrégation plaquettaire chez les sujets de plus de 75 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.