Cardiologie : le palmarès de l’Express

Où aller en cas de pépin ? Quels sont les meilleurs services de chirurgie cardiaque ? Où pratique-t-on les angioplasties avec le maximum de sécurité ? Dans son dossier du 12 septembre intitulé « Cardiologie, le palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques », L’Express répond en publiant trois tableaux

Où aller en cas de pépin ? Quels sont les meilleurs services de chirurgie cardiaque ? Où pratique-t-on les angioplasties avec le maximum de sécurité ? Dans son dossier du 12 septembre intitulé «Cardiologie,  le palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques »,  L’Express  répond en publiant trois tableaux sur le traitement de l’infarctus du myocarde (190 établissements prenant en charge au moins 100 infarctus sont évalués) , l’angioplastie des coronaire par stent  (208 structures assurant au moins 100 interventions) et le pontage aorto-coronarien (58 hôpitaux et cliniques autorisés).

Les résultats

Infactus : les CHU de Toulouse et Dijon arrivent en tête devant Nancy, le CHU Chenevier-Mondor à Créteil (AP-HP), le CHR de Metz-Thionville, le CHU de Grenoble, l’hôpital Jacques-Coeur à Bourges, le CHU de Caen, le CHU de Bordeaux et la clinique Pasteur à Toulouse.

Concernant l’angioplastie avec stent, le CHU  et la clinique Pasteur de Toulouse sont respectivement 1er et 2ème . Viennent ensuite la clinique Pasteur d’Essey-lès-Nancy, l’hôpital privé Saint-Martin de Caen, l’Institut Jacques-Cartier à Massy (Essonne), la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) à Paris, le CHU de Caen, et trois ex-aequo à la huitième place: le CHU Chenevier-Mondor à Créteil, le CH de La Rochelle et le CHU de Nancy.

Estelle Saget note que dès 2013,les centres pratiquant moins de 350 angioplasties par an devront renoncer à cette activité.

Pour le pontage coronarien, le podium est tenu par Pitié-Salpêtrière puis l’Institut Jacques-Cartier et le CHU de Bordeaux. Viennent ensuite le CHU Félix-Guyon – Saint-Denis de la Réunion, la clinique  Saint-Augustin à Bordeaux, le groupe hospitalier Bichat-Claude-Bernard à Paris (AP-HP), le CHU de Toulouse, la clinique de la Sauvegarde à Lyon, la clinique Pasteur à Toulouse . Trois ex-aequo au 10ème rang: les CHU de Rennes et Dijon ainsi que la clinique Saint-Gratien à Tours.

Les cinq critères retenus sont le nombre de séjours, la durée moyenne de séjour, la diversité, la complexité des interventions et la notoriété. L’étude est menée en association avec Swiss Life à partir de données médicales issues et éditées par sa filiale Carte Blanche. Les données de 2010 ont été acquises auprès de l’ Agence Technique de l’information sur l’Hospitalisation (Atih) qui dépend du ministère de la Santé. Leur traitement a été assuré par Santé Value qui a mis au point l’outil Guidhospi, édité par Carte Blanche.

Réactions

Toulouse dit sa fierté de figurer en tête du classement et rappelle dans la « Dépêche » du 13 septembre qu’un pôle de recherche clinique d’excellence  se met en place : le Cardio center fruit d’une alliance entre les deux établissements phares en cardiologie, le CHU et la Clinique Pasteur.

Le  CHU de Dijon se félicite d’avoir pris la tête du hit-parade des établissements traitant l’infarctus avec une note de 19,8/20, et des beaux scores obtenus pour le pontage aorto-coronarien 10e  avec une note de 18/20 et pour l’angioplastie des coronaires par stent 17e  avec une note de 17,9/20

Lyon dénonce les erreurs du magazine qui le relègue au 120ème rang alors que son activité le place en 3ème position après le CHU de Toulouse et le CHR de Metz-Thionville.

Les infarctus en France

Chaque année, en France, 60 000 personnes sont frappées d’un infarctus. 95% survivront (1) à cet accident. Grâce au progrès de l’angioplastie et la pose de stent La mortalité cardio-vasculaire a été divisée par deux en quarante ans. Ce progrès est aussi dû à l’efficacité des  secours mieux organisés et aux médicaments mieux ciblés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.