Cardiologie : Montpellier adopte le Mitra Clip®, nouveau système de correction non chirurgical des fuites mitrales

A Montpellier, le Professeur Florence Leclercq et son équipe ont implanté avec succès un Mitra Clip sur deux patients souffrant d’anomalies de la valve mitrale. Une dizaine d’autres interventions sont programmées dans les mois qui viennent. Le Mitra Clip® permet de corriger les fuites valvulaires importantes et mal tolérées de la valve mitrale sans intervention chirurgicale. Ces valvulopahties perturbent l’écoulement sanguin à l’intérieur du cœur entraînant un essoufflement voire un œdème pulmonaire.

A Montpellier, le Professeur Florence Leclercq et son équipe ont implanté avec succès un Mitra Clip sur deux patients souffrant d’anomalies de la valve mitrale. Une dizaine d’autres interventions sont programmées dans les mois qui viennent. Le Mitra Clip® permet de corriger les fuites valvulaires importantes et mal tolérées de la valve mitrale sans intervention chirurgicale. Ces valvulopahties perturbent l’écoulement sanguin à l’intérieur du cœur entraînant un essoufflement voire un œdème pulmonaire.
La chirurgie cardiaque à cœur ouvert reste le traitement de référence. Malheureusement, certains patients dont le muscle cardiaque est trop altéré ou qui souffrent de maladies associées ne peuvent bénéficier d’une intervention aussi lourde, estimée trop risquée pour eux. Dans ces cas, il est parfois possible, sous réserve d’une sélection rigoureuse des malades notamment grâce à l’échographie transoesophagienne, d’appliquer le principe du double orifice mitral créé par le Mitra Clip® la technique Mitra Clip®.
Le principe du Mitra Clip® repose sur la création d’un double orifice mitral en forme de 8 qui permet de diminuer la fuite valvulaire tout en préservant l’ouverture de la valve. Ce double orifice est obtenu grâce à un clip, c‘est à dire une petite pince mise en place par voie percutanée, à l’intérieur d’un cathéter orientable introduit par la veine fémorale jusqu’aux cavités cardiaques droites, puis gauches et jusqu’à la valve mitrale.  La procédure est assez longue (entre 2 et 5 heures). Elle se fait sous anesthésie générale et sous contrôle échographique permanent.
Cette technique complexe nécessite une réelle et étroite collaboration entre les cardiologues interventionnels, les échocardiographistes et les chirurgiens cardiaques. Ce partenariat se fait à la fois pour la sélection des patients, la réalisation du geste ainsi que le suivi.
Près de 5 000 patients ont été implantés dans le monde avec des résultats satisfaisants en terme de sécurité pour le malade et d’efficacité pour corriger la fuite valvulaire.

Les deux premiers patients implantés à Montpellier ont eu des suites chirurgicales simples. Cette technique prometteuse s’intègre dans les progrès constants de la cardiologie interventionnelle, dont les résultats pour le traitement des valvulopathies aortiques (remplacement non chirurgical) sont déjà très encourageants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.