Cardiologie : optimisation de la filière de soins en Côté d’Or

Harmonisation des pratiques, formations partagées, recrutement pérenne de praticiens spécialisés à Semur, mise en cohérence de la politique d’achat de matériel biomédical : telles sont les priorités de la nouvelle Fédération Médicale Interhospitalière de Cardiologie qui lie désormais le CHU de Dijon et le CH de Semur-en-Auxois. Officiellement entérinée le 28 octobre 2011, cette convention est synonyme de continuité et de qualité des soins pour les malades cardiaques de la Côté d’Or.

Harmonisation des pratiques, formations partagées, recrutement pérenne de praticiens spécialisés à Semur, mise en cohérence de la politique d’achat de matériel biomédical : telles sont les priorités de la nouvelle Fédération Médicale Interhospitalière de Cardiologie qui lie désormais le CHU de Dijon et le CH de Semur-en-Auxois. Officiellement entérinée le 28 octobre 2011, cette convention est synonyme de continuité et de qualité des soins pour les malades cardiaques de la Côté d’Or.
Avec pour coordonnateur le Professeur Yves Cottin, Chef de service de Cardiologie au CHU de Dijon, la Fédération Médicale Interhospitalière regroupe l’ensemble des praticiens participant aux activités de cardiologie du pôle « Médecine Chirurgie Obstétrique » du CH de Semur-en-Auxois, ainsi que le chef de service et les praticiens du service de Cardiologie du CHU de Dijon qui interviennent sur le site de Semur-en-Auxois. Elle est le fruit d’un travail concerté des responsables médicaux de ces 2 établissements.  Par ce processus exemplaire de coopération, les deux établissements entendent améliorer la filière cardiologie en renforçant et optimisant les compétences médicales.
Cette convention est aussi le point de départ d’une collaboration plus large qui pourra s’étendre aux services et structures de cardiologie du CH intercommunal de Chatillon sur Seine / Montbard.
La Fédération Médicale Interhospitalière de Cardiologie est une nouvelle étape dans le rapprochement entre le CHU de Dijon et le CH de Semur-en-Auxois initiée dès octobre 2009. Il était alors déjà question de gestion efficiente des filières de prise en charge, de coopérations en matière de ressources humaines médicales et non médicales afin de garantir à la population un égal accès à des soins de qualité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.