Cardiologie : recherche et activités de pointe au cœur du partenariat public-privé

De la concurrence à la saine émulation. Le CHRU de Montpellier et la Clinique du Millénaire, établissements d'excellence en chirurgie cardiaque, ont signé un accord de coopération afin de conforter les liens entre leurs équipes chirurgicales et de développer de nouveaux partenariats dans le domaine de la recherche et des activités de pointe. Le CHRU se trouve conforté dans son rôle d’établissement de recours et de référence en chirurgie cardiaque, au plan régional et inter-régional.

De la concurrence à la saine émulation. Le CHRU de Montpellier et la Clinique du Millénaire, établissements d’excellence en chirurgie cardiaque, ont signé un accord de coopération afin de conforter les liens entre leurs équipes chirurgicales et de développer de nouveaux partenariats dans le domaine de la recherche et des activités de pointe. Le CHRU se trouve conforté dans son rôle d’établissement de recours et de référence en chirurgie cardiaque, au plan régional et inter-régional. 
 
Soins de haut niveau, recherche, innovation : les axes de coopération définis dans la convention du 22 décembre 2014
Les deux équipes chirurgicales du CHRU de Montpellier et de la Clinique du Millénaire vont partager
leurs expertises dans le cadre de réunions de concertation pluridisciplinaires. Durant les séances de concertation-émulation, les praticiens de plusieurs spécialités (chirurgie cardiaque, cardiologie, anesthésie-réanimation notamment) des deux établissements, étudieront ensemble les interventions lourdes et complexes de chirurgie cardiaque et feront ensemble progresser la qualité et la sécurité des soins dispensés aux patients.
la recherche clinique, avec la participation des deux équipes à des protocoles de recherche communs visant à développer de nouvelles techniques et à favoriser l’accès des patients des deux structures aux dernières innovations thérapeutiques ;
le développement d’activités de pointe, avec notamment la pose de bio-prothèses valvulaires aortiques par voie percutanée (TAVI) : les deux équipes coopèrent déjà, depuis 2009, pour cette activité réalisée sur le site du CHRU, seul établissement de la région autorisé. Cette activité vise à remplacer, sans ouvrir le cœur du patient, la valve de l’aorte, principale artère adressant le sang à tout le corps humain ;
des possibilités de recours réciproques en cas de difficultés d’accueil de l’un ou l’autre des sites.
Cette convention, conclue pour une durée de deux ans, sera évaluée de manière régulière par un comité de pilotage associant les représentants des deux établissements.
Les directions des deux établissements se félicitent de ce nouveau partenariat, permettant de consolider les liens entre établissements publics et privés en Languedoc-Roussillon, dans l’intérêt des patients et des professionnels des deux institutions.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.