Cardiologie : un dispositif «miniature » innovant pour surveiller le rythme du cœur

45 mm de long, 6 mm de large et 4 mm d'épaisseur; voici la taille de la puce - à peine plus épaisse qu'une mine de stylo à bille - que vient d'implanter le Pr Jean-Claude Deharo sur une petite fille de 4 ans souffrant d’évanouissements inexpliqués depuis l’âge de trois ans. L'opération s'et déroulée le 13 mai 2014 au sein du service de cardiologie et rythmologie de l’hôpital de la Timone. Il s'agit d'une des toutes premières implantations, en France, d’un moniteur électrocardiographique miniaturisé (MCI) Reveal LINQ™.

45 mm de long, 6 mm de large et 4 mm d’épaisseur;  voici la taille de la puce – à peine plus épaisse qu’une mine de stylo à bille – que vient d’implanter le Pr Jean-Claude Deharo sur une petite fille de 4 ans souffrant d’évanouissements inexpliqués depuis l’âge de trois ans. L’opération s’et déroulée le 13 mai 2014 au sein du service de cardiologie et rythmologie de l’hôpital de la Timone. Il s’agit d’une des toutes premières implantations, en France, d’un moniteur électrocardiographique miniaturisé (MCI) Reveal LINQ™.  « Le rythme cardiaque de l’enfant, est maintenant analysable à travers la peau par interrogation de l’appareil, pour une durée de trois ans grâce a cet  appareil miniaturisé qui se glisse sous la peau en quelques minutes » se réjouit le Dr Linda Koutbi-Franceschi.

En cas de symptôme, les parents prennent contact avec le  service de rythmologie de la Timone qui analyse la mémoire de l’appareil. Les informations sur le rythme de l’enfant sont transmises quotidiennement par le réseau de téléphonie mobile. Ces moniteurs électrocardiographiques implantables ont récemment bénéficié d’une miniaturisation destinée à rendre leur utilisation encore plus facile.
Grâce à cette nouvelle "boîte noire", plus rien ne peut échapper aux médecins sur le rythme cardiaque de leurs patients…
La prise en charge des troubles du rythme cardiaque a bénéficié ces dernières années de progrès considérables, notamment dans le domaine de la surveillance du rythme.  Il est en effet aujourd’hui possible d’enregistrer chaque battement cardiaque sur une très longue période de temps. On augmente ainsi les chances de pouvoir diagnostiquer une anomalie du rythme chez des patients se plaignant de symptômes intermittents, parfois inquiétants. C’est le cas en particulier pour les pertes de connaissance (évanouissements) inexpliqués.

L’enregistrement du rythme cardiaque au moment précis de l’évanouissement est indispensable pour disculper ou incriminer  le cœur dans l’origine des symptômes. Pour cela, les cardiologues sont parfois amenés à implanter sous la peau une petite prothèse, véritable « boîte noire » du rythme cardiaque, interrogeable a posteriori après un symptôme. La très petite taille de ce nouveau dispositif représente une avancée indiscutable qui simplifie l’implantation et le confort des patients.

Le service de rythmologie cardiaque de la Timone : centre référent pour les troubles du rythme cardiaque (tachycardie, bradycardie) et les pertes de connaissance
Reconnu internationalement pour son expertise dans ces domaines, le service de rythmologie cardiaque de la Timone dispose d’une très longue expérience dans l’implantation des prothèses de diagnostic ou de traitement des troubles du rythme : enregistreurs électrocardiographiques, stimulateurs et défibrillateurs cardiaques. C’est pourquoi, il a été envisagé d’y implanter l’un des tous premiers moniteurs  électrocardiographiques miniaturisé  Reveal LINQ™, en France..
En savoir plus : http://fr.ap-hm.fr/service/cardiologie-rythmologie-hopital-timone

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.