cardiologie : un nouveau dispositif d’assistance bi-ventriculaire

L'implantation d'un dispositif interne d'assistance cardiaque bi-ventriculaire : une première en France. L'équipe du Professeur Jean-Paul BESSOU du Service de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du CHU de Rouen a implanté pour la première fois en France un nouveau dispositif d'assistance bi-ventriculaire sur un patient de 42 ans souffrant d'insuffisance cardiaque terminale.

L’implantation d’un dispositif interne d’assistance cardiaque bi-ventriculaire : une première en France.
L’équipe du Professeur Jean-Paul BESSOU du Service de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du CHU de Rouen – Hôpitaux de Rouen a implanté pour la première fois en France un nouveau dispositif d’assistance bi-ventriculaire sur un patient de 42 ans souffrant d’insuffisance cardiaque terminale.

Un recul suffisant
Implanté fin Octobre 2003, le patient est autorisé depuis plusieurs semaines à regagner son domicile pour des périodes de permission de 48 heures. L’implantation est une véritable réussite en terme d’autonomie, seuls des problèmes administratifs empêchent actuellement un retour à domicile pour des périodes plus longues.

Une indication pour les patients jeunes !
La réussite de l’implantation de ce nouveau type d’assistance bi-ventriculaire ouvre des perspectives de survie pour de jeunes patients. Cette technique est indiquée dans le traitement de l’insuffisance cardiaque terminale chez des personnes de moins de 60 ans pour lesquelles la maladie est trop rapide ou lorsque la transplantation est contre-indiquée temporairement.

Le système IVAD (Implantable Ventricular Assit Device)
Développé par la firme américaine Thoratec®, le système d’assistance ventriculaire gauche et/ou droite, se compose de ventricules artificiels en titane. Il est placé dans la paroi abdominale du patient et seuls les cordons pneumatiques et électriques sont reliés à une console de la taille d’une petite valise, équipée de roulettes facilitant la mobilité du patient.

Une autonomie retrouvée
Le système IVAD permet des périodes de retour à domicile dans des conditions de sécurité maximales. Ceci implique toutefois, pour chaque sortie, que le service prévienne les SAMU de l’Eure (proche du lieu de résidence du patient) et de Rouen, mais également qu’une relation avec les médecins généralistes de garde soit mise en place. A ce titre, l’équipe du Pr. Bessou tient à remercier pour leur disponibilité les médecins généralistes et les professionnels de santé qui se sont beaucoup impliqué dans cette autonomisation.

L’engagement du CHU de Rouen
L’implantation de ce type d’appareil représente un effort financier important pour le CHU de Rouen puisque l’implantation d’un système représente à lui seul 90 000 euros et nécessite chaque mois des frais de maintenance de plus de 4 500 euros. Depuis cette première implantation, deux autres patients ont bénéficié de l’implantation d’un dispositif similaire et leur autonomisation est en cours.

Le service de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du CHU de Rouen
Ouvert en 1977 par le Pr. Soyer, le service, dirigé aujourd’hui par le Pr. Bessou réalise plus de 750 interventions cardiaques par an. Depuis 1986, 229 transplantations cardiaques ont été réalisées. La première implantation d’un système d’assistance ventriculaire a été réalisée en 1995. Depuis, 14 patients ont bénéficié de ce type de « coeur artificiel » (3 ont été transplantés, 4 sont en attente de transplantation et 7 sont décédés). Le service, à la pointe de la technologie, regroupe 4 chirurgiens, 2 cardiologues, 7 médecins anesthésistes-réanimateurs et une centaine de personnels paramédicaux dont 70 infirmières.

Au niveau international
A ce jour, 16 patients ont été implantés en Europe et 18 aux Etats-Unis (9 femmes et 25 hommes de 16 à 71 ans). 16 d’entre eux ont été transplantés, 5 ont été sevrés, 9 sont décédés et 4 sont en cours d’utilisation.

Le CHU de Rouen-Hôpitaux de Rouen
Premier employeur de Haute-Normandie avec plus de 7000 employés (dont 800 médecins), le CHU de Rouen possède une capacité d’accueil de 2500 lits répartis sur 5 sites. Pôle régional de formation des professionnels de santé, le CHU compte plus de 1200 étudiants répartis sur 11 écoles paramédicales et assure en lien direct avec la Faculté de Médecine et de Pharmacie une diffusion et une répartition harmonieuse des compétences. Le CHU totalise plus de 500 000 journées d’hospitalisation, 123 000 passages aux urgences pour un budget d’exploitation de plus de 400 millions d’euros.
Le CHU de Rouen est également partie prenante du G4, le groupement des 4 CHU du Nord-Ouest de la France (Amiens, Caen, Lille et Rouen) dont la vocation est de favoriser l’émergence de projets communs dans le cadre de la formation, des soins, de l’innovation et de la recherche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.

Dossier : l’arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire qui touche dix millions d’individus en France. Si 65% d’entre eux ont plus de soixante-cinq ans, il n’en reste pas moins qu’une diversité de causes implique également le développement de la maladie chez les plus jeunes.

Jérôme Pourrat : « L’aumônier est un facteur de paix dans l’hôpital. »

Sensibiliser le personnel soignant et informer les patients sur leur droit au culte à l’hôpital public, et ce quelle que soit leur religion. C’est le quotidien de Jérôme Pourrat, aumônier depuis quatre ans au CHU de Saint-Étienne. Dans le cadre de notre série vidéo Les Chuchoteurs !, l’ex photographe a accepté de revenir sur son parcours et sur ses missions.