Cardiomet, la recherche à parts égales avec le soin et l’enseignement

Cardiomet, le nouvel institut toulousain dédié aux maladies cardiovasculaires et métaboliques s’appuie sur les forces scientifiques et médicales des équipes du CHU pour promouvoir une recherche clinique d'excellence et une médecine de pointe. Ces maladies détiennent le triste record d’être la 1ère cause de mortalité chez les femmes et les plus de 65 ans.

Cardiomet, le nouvel institut toulousain dédié aux maladies cardiovasculaires et métaboliques s’appuie sur les forces scientifiques et médicales des équipes du CHU pour promouvoir une recherche clinique d’excellence et une médecine de pointe. Ces maladies détiennent le triste record d’être la 1ère cause de mortalité chez les femmes et les plus de 65 ans.
Offrir le meilleur des stratégies préventives et/ou thérapeutiques personnalisées c’est d’abord mieux identifier les risques cardiovasculaires et métaboliques pour développer, évaluer et mettre à disposition des patients des stratégies innovantes de diagnostic, de traitement et de suivi : biothérapies, biotechnologies, dispositifs médicaux, télémédecine… Pour mener à bien ce programme, Cardiomet peut compter sur 9 équipes cliniques composées de 35 hospitalo-universitaires et de 85 médecins spécialistes en cardiologie, chirurgie cardiaque, chirurgie vasculaire, diabétologie, endocrinologie, hépatologie et gastroentérologie, médecine interne et hypertension artérielle, médecine vasculaire, nutrition – centre intégré de l’obésité
Cardiomet est un centre d’excellence et de compétence pour l’insuffisance cardiaque, l’hypertension artérielle, la canalopathie… L’expertise multidisciplinaire de Cardionet est garante d’une gestion optimale des situations complexes.
Cardiomet se démarque par son organisation innovante et une technologie de pointe au service du patient
L’institut dispose d’une plateforme d’évaluation multidisciplinaire des risques métaboliques et cardiovasculaires en ambulatoire, incluant une activité spécialisée d’évaluation et de prise en charge des maladies métaboliques du foie. Les équipes organisent des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire pour la gestion des dossiers complexes : pathologies coronaires, valvulaires, insuffisance cardiaque, diabète, obésité, hépatopathies métaboliques, maladies hormonales associées à un risque cardiométabolique accru.
Principales activités de l’institut Cardiomet
L’institut Cardiomet regroupe des experts de renommée nationale et internationale dans les champs de compétence suivants :
Facteurs de risque cardiovasculaire classiques tels que l’hypertension artérielle, les anomalies du bilan lipidique
Obésité et nutrition
Diabète et maladies métaboliques
Maladies hormonales
Maladies métaboliques du foie (stéatose, cirrhose, cancer du foie)
Maladie des artères coronaires et athérothrombose
Artériopathie des membres inférieurs
Pathologies de l’aorte
Centre de cicatrisation des plaies chroniques
Insuffisance cardiaque
Maladies des valves cardiaques
Troubles du rythme cardiaque
Activité
15 transplantations cardiaques par an
20 000 personnes hospitalisées
80 000 consultations médicales et chirurgicales
4 000 coronarographies
2 500 angioplasties coronaires
200 procédures valvulaires percutanées
1 300 circulations extra-corporelles (CEC), chirurgie cardiaques
100 réparations conservatrices de la valve minérale
L’institut Cardiomet a réalisé plus de 70 assistances de type ECMO et de plus de 15 assistances cardiaques mécaniques ventriculaires gauches. Il  a une des plus grosses expériences dans les pathologies de l’aorte prises en charge par la chirurgie conventionnelle ou hybride (20 implantations de prothèse hybride ThoraflexTM depuis janvier 2014 – 1ère série française).
L’activité de recherche
Les équipes de Cardiomet collaborent avec celles de l’Université de Toulouse, de l’INSERM, du CNRS et de l’INRA.
Entre 2010 et 2014, les 168 membres de l’institut ont contribué à la publication de 882 articles scientifiques
274 études cliniques ont été menées par les équipes de l’institut
1 129 patients ont participé aux études à promotion académique
Ces travaux ont débouché sur le dépôt de 8 brevets, de 5 marques et la création de 4 logiciels
Les axes de recherche portent sur la caractérisation des risques et l’indentification de nouvelles cibles thérapeutiques
Le développement et la validation des biotechnologies et stratégies innovantes de prise en charge en thérapie cellulaire cardiaque et régénération, dispositifs médicaux, télémédecine et télésurveillance, éducation thérapeutique, réadaptation cardiovasculaire (electrostimulation, applications smartphone…), mise en place d’un programme de greffes d’îlots de langerhans, évaluation de nouvelles stratégies de prévention ou de traitement, de nouvelles techniques chirurgicales
En savoir plus* sur
Les maladies cardiovasculaires et métaboliques
La fréquence de l’obésité, du diabète et des affections métaboliques du foie, souvent méconnues, progresse de façon fulgurante et s’associe aux facteurs de risque cardiovasculaire plus classiques (hypertension artérielle, hypercholestérolémie, tabagisme) pour exposer un nombre croissant de personnes à des complications cardiaques et vasculaires sévères.
Les maladies du cœur et des vaisseaux altèrent la qualité de vie, Parfois même le pronostic vital est engagé plan socio-économique. Problème prioritaire de santé publique ces maladies impactent aussi l’économie  puisque ces affections sont responsables de plus de 25 % des dépenses de santé en France
Les maladies cardiovasculaires et métaboliques en quelques chiffres en France
• 150 000 décès d’origine cardiovasculaire/an
• 1re cause de mortalité chez les femmes et les plus de 65 ans
Les pathologies à l’origine de ces décès se répartissent de la manière suivante :
• les cardiopathies ischémiques (notamment l’infarctus du myocarde) : 27 %
• les accidents vasculaires cérébraux (AVC) : 25 %
• l’insuffisance cardiaque : 23 %
• 15 millions d’hypertendus
• 10 millions de dyslipidémiques
• plus de 3 millions de diabétiques
• près de 7 millions de personnes obèses
• 28 milliards d’euros de dépenses annuelles
La médecine personnalisée présente plusieurs facettes et peut être considérée comme une médecine individualisée qui adapte la prise en charge diagnostique et thérapeutique à l’individu. C’est aussi une médecine de la personne dans sa globalité avec ses croyances et perceptions. Les équipes tiennent compte de l’entourage du patient. Enfin cette médecine configurée, paramétrée repose de plus en plus sur le recours aux technologies de l’information : médecine digitale.

Source : Société Française de Cardiologie janvier 2015

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.