Catherine Geindre élue à la présidence de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU

12/12/2018 : Catherine GEINDRE succède à Jean-Pierre DEWITTE à la tête de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Universitaires (CHU). Lors de la réunion de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU du 12 décembre 2018, il a été procédé à l’élection du bureau et de la Présidence, à échéance du mandat de Jean-Pierre DEWITTE, Directeur Général du CHU de Poitiers. Catherine GEINDRE, Directrice Générale des Hospices Civils de Lyon, a été élue à l’unanimité par ses pairs pour 3 ans. Elle prendra ses fonctions au 1er janvier 2019.

12/12/2018 : Catherine GEINDRE succède à Jean-Pierre DEWITTE à la tête de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Universitaires (CHU).
Lors de la réunion de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU du 12 décembre 2018, il a été procédé à l’élection du bureau et de la Présidence, à échéance du mandat de Jean-Pierre DEWITTE, Directeur Général du CHU de Poitiers. Catherine GEINDRE, Directrice Générale des Hospices Civils de Lyon, a été élue à l’unanimité par ses pairs pour 3 ans. Elle prendra ses fonctions au 1er janvier 2019.
La Conférence des DG de CHU est une assemblée rassemblant les Directeurs Généraux des 32 CHRU que compte le territoire français. Créée en 1970 sous le statut d’une association « loi de 1901 », elle a a pour vocation de promouvoir et de défendre les atouts et spécificités des hôpitaux universitaires.
Véritable think tank des CHU, lieu de débats d’analyse, et force de proposition, la Conférence est porteuse d’initiatives et de projets expérimentaux. Elle remplit également une mission de dialogue, d’information et d’alerte auprès des autorités de tutelle et du public sur les évolutions de la politique de santé dans les CHU.
Catherine GEINDRE : « Je remercie Jean Pierre DEWITTE, mon prédécesseur, pour le travail accompli ces dernières années. Je suis heureuse et honorée d’avoir été élue à ces fonctions de Présidente de la Conférence. C’est une responsabilité importante dans une période où les débats et les enjeux sont nombreux autour de la place et du rôle pivot que doivent tenir les centres hospitalo-universitaires dans le système de soins français. Je compte m’appuyer sur l’expertise et l’expérience avérées de mes collègues pour conduire les travaux qui devront alimenter ces réflexions et éclairer les décisions des pouvoirs publics en la matière. Les CHU sont le fleuron de la médecine française ; leurs missions spécifiques de recherche, d’innovation et de soins d’excellence et de recours sont au cœur des enjeux de santé de demain ».
Deux chantiers majeurs sont d’ores et déjà sur la table de la Présidente :
– poursuivre la démarche de réflexion entreprise avec les cinq autres conférences hospitalo-universitaires (doyens de médecine, de pharmacie et d’odontologie, Présidents de Commissions médicales d’établissements et Présidents d’Universités) à la demande de la Ministre de la Santé et des Solidarités afin de penser « le CHU de demain ».
– participer à la concertation sur le projet de loi en cours de rédaction issu du cadre stratégique « Ma Santé 2022 » fixé par le Président de la République.
Catherine GEINDRE
Diplômée de l’École nationale de santé publique de Rennes (promotion 1981/1983) et titulaire d’une maîtrise en droit public, Catherine Geindre est actuellement directrice générale des Hospices Civils de Lyon. Elle démarre sa carrière de directrice d’hôpital aux Hospices civils de Lyon où elle occupe différents postes entre 1984 et 2002. En 2003, elle rejoint l’institut de cancérologie de la Loire, à Saint-Etienne, en tant que chef d’établissement. En 2008, elle est nommée directrice générale adjointe du CHU de Nice, puis directrice générale du CHU d’Amiens en 2011 et directrice générale de l’AP-HM en avril 2015. Elle prend ses fonctions aux Hospices Civils de Lyon en mai 2017. Catherine Geindre est Vice-Présidente de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU depuis 2016 et notamment membre des conseils d’administration de la Fédération Hospitalière de France et du Centre National de Gestion.

Le nouveau bureau de la Conférence

Vice-Présidents
Véronique ANATOLE–TOUZET
Frédéric BOIRON
Philippe SUDREAU
Philippe VIGOUROUX 

Membre de droit AP-HP
François CREMIEUX 
Membres du bureau
Marie-Noëlle GERAIN-BREUZARD
Thomas LE LUDEC
Jean-François LEFEBVRE, trésorier
Christophe KASSEL, trésorier adjoint
Un représentant invité des CHU ultramarins
Quelques chiffres
Les CHU sont un acteur économique majeur en France. Ils regroupent plus de 400 000 personnels, dont 100 000 médecins. Leur poids estimé dans l’économie française est d’environ 60 milliards d’euros.
Dans le domaine du soin, les CHU représentent 5 millions de passages aux urgences ; 6,3 millions d’hospitalisation de court séjour et 18 millions de consultations (2017). Les CHU représentent ainsi 28% des lits et 23% des places installés dans les hôpitaux publics en France. Leur activité a globalement augmenté de 8% ces deux dernières années, passant de 330 000 séjours en 2015 à 380 000 en 2017 (40% des séjours de l’hospitalisation publique en 2017).
Ils assurent une mission d’enseignement forte, en coopération avec les 36 facultés de médecine, 24 facultés de pharmacie et les 16 facultés d’odontologie. Chaque année ce sont 180 000 futurs médecins, pharmaciens, dentiste – dont près de 50 000 internes – qui sont formés au sein des CHU. Ils forment par ailleurs 40 00 élèves et étudiants dans 247 écoles et instituts qui les préparent aux métiers de la santé, aides-soignants, infirmiers, techniciens de laboratoires, masseurs kinésithérapeutes, cadres de santé… Au total, 220 000 jeunes sont formés chaque année au sein des CHU.
Acteurs majeurs de la recherche et de l’innovation, on dénombre 127 premières mondiales au sein des établissements hospitalo-universitaires français depuis leur création en 1958. 78% des essais cliniques en France sont promus par les CHU, ce qui représente 140 000 patients inclus chaque année dans 2500 études différentes. Les CHU allouent 1,3 Mds € sur leurs fonds propres à la recherche clinique chaque année, permettant la production de 170 000 publications depuis 2007.
Les CHU sont les 1ers producteurs d’articles, d’éditoriaux et de revues dans le domaine biomédical en France. Ils ont par ailleurs augmenté de 60% leur production dans des revues à haut prestige (classée A ou B), totalisant 7250 articles dans ces revues prestigieuses en 2016. Au total, ce sont 7% des publications européennes et 8% des citations en sciences de la santé référencées qui émanent des CHU français.
Les CHU assurent enfin des missions propres comme la prise en charge des maladies rares, au travers de 387 centres de référence et près de 1800 centres de compétences labellisés dans le domaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.