Cécité : la prothèse rétinienne à l’étude, un espoir pour les non-voyants

Le service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux est l’un des 3 centres français référents* sur une étude clinique destinée aux non-voyants atteints de rétinite pigmentaire. L’enjeu : collecter des informations sur un système de prothèse rétinienne homologué dans l’Espace économique européen. Implanté dans l’œil, le système est conçu pour restaurer quelques fonctions visuelles chez les personnes souffrant de cécité. Le CHU est à la recherche de volontaires.

Le service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux est l’un des 3 centres français d’excellence, référents* sur une étude clinique destinée aux non-voyants atteints de rétinite pigmentaire. L’enjeu :  collecter des informations sur un système de prothèse rétinienne homologué dans l’Espace économique européen.  Implanté dans l’œil, le système est conçu pour restaurer quelques fonctions visuelles chez les personnes souffrant de cécité. Le CHU est à la recherche de volontaires.
Maladie héréditaire grave, la rétinite pigmentaire provoque une dégénérescence progressive des cellules sensibles à la lumière dans la rétine. Elle entraîne une déficience visuelle qui peut être majeure et conduire à la cécité
Les médecins ophtalmologistes de France vont être parmi les premiers au monde à pouvoir proposer la prothèse aux patients atteints de rétinite pigmentaire.
L’annonce récente de la prise en charge faite par le Ministère de la Santé signifie que les prothèses rétiniennes passent aujourd’hui de l’étape de l’investigation et de l’espoir à celle d’une réalité médicale concrète. 
« Nous espérons que leur indépendance en sera augmentée et améliorée et qu’ils retrouveront une meilleure qualité de vie. J’espère que dans une seconde phase, d’autres centres seront ouverts. » a déclaré le Pr Jean-François Korobelnik, chef du service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux.

Les patients sélectionnés pour cette étude clinique seront suivis pendant 2 ans, durant lesquels ils participeront  à un programme de rééducation visuelle avec le système. Pour cela, ils doivent répondent aux critères suivants :
• Adulte d’au moins 25 ans
• Souffrant d’une rétinite pigmentaire
• Avec une acuité visuelle se limitant à la perception de la lumière ou moins
• Ayant eu une vision utile des formes dans le passé
• Etant affilié à un régime de sécurité sociale français
Toutes les données seront traitées de manière confidentielle.
Le système de prothèse rétinienne
Grâce à une caméra miniature logée dans les lunettes du patient, l’image est transmise par la monture de lunette à une antenne fixée à la paroi de l’œil. La prothèse ainsi convertit des images vidéo capturées en plusieurs séries de pulsations qui sont transmises sans fil à un faisceau d’électrodes placées à la surface de la rétine. Ces pulsations viennent ensuite stimuler les cellules rétiniennes, ce qui résulte en la perception de motifs lumineux par le cerveau. Le patient apprend alors à interpréter ces motifs lumineux tout en récupérant des capacités visuelles.
Ce projet est le premier financé en France par le ministère de la santé dans le cadre du forfait innovation (article 165-1-1 du code de la sécurité sociale).
Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de cette réglementation le marquage CE.

Pour plus d’information : Service d’ophtalmologie – CHU de Bordeaux : implant-retine@chu-bordeaux.fr
N° vert : 0805 0805 96
*avec le CHU de Strasbourg et le CHNO des Quinze-Vingts à Paris

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.