Cell For Cure, vers les médicaments de thérapie cellulaire : un projet reconnu

Remplacer des cellules déficientes par des cellules saines, tel est l’enjeu du projet Cell for Cure (C4C) qui vient d’être retenu dans le cadre des investissements d’avenir fléchés sur « les projets structurants des pôles de compétitivité ». Cell for Cure fabriquera des produits de thérapie cellulaire en vue de l’obtention de leur autorisation de mise sur le marché (AMM) dans les 5 années à venir.

Remplacer des cellules déficientes par des cellules saines, tel est l’enjeu du projet Cell for Cure (C4C) qui vient d’être retenu dans le cadre des investissements d’avenir  fléchés sur « les projets structurants des pôles de compétitivité ».  Cell for Cure fabriquera des produits de thérapie cellulaire en vue de l’obtention de leur autorisation de mise sur le marché (AMM) dans les 5 années à venir. Les thérapies cellulaires désignent les greffes de cellules visant à restaurer les fonctions d’un tissu ou d’un organe lorsqu’elles sont altérées par un accident, une pathologie ou le vieillissement.
Un projet collaboratif exemplaire accompagné par l’Etat
Ce projet collaboratif réunit les CHU de Bordeaux, Lille, Nantes, Toulouse, les Hospices civils de Lyon, l’Etablissement Français du sang (EFS) Aquitaine Limousin et Pyrénées Méditerranée, le Laboratoire de Fractionnement Biologique (LFB) et les sociétés Celogos et CleanCELLS.
Cell For Cure a obtenu un financement global de l’Etat à hauteur de 28,5 M€ dont 20M€ sous forme de subvention et 8,5M€ sous forme de prêt remboursable. Les EFS seront chargés de l’optimisation des procédés de culture cellulaire, les entreprises Celogos et CleanCELLS du développement des procédés de fabrication et de distribution et les CHU des essais cliniques.
Le CHU de Toulouse en pointe en cardiologie
Le CHU de Toulouse est récompensé par son travail de recherche clinique sur l’utilisation des Cellules Souches Mésenchymateuses CSM pour améliorer la fonction cardiaque des personnes victimes d’un infarctus du myocarde grave, à travers notamment le programme MESAMI dont le Pr. Jérôme RONCALLI est l’investigateur coordinateur. Il obtient grâce à ce financement représentant 25% de la somme globale attribuée, c’est-à-dire plus de 7 M€ sous forme de subvention, l’assurance de poursuivre ce long travail de recherche clinique initié il y a plus de 6 ans avec les partenaires locaux comme l’EFS-PM (Pyrénées Méditerranée) et l’Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaire (I2MC).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.