Centre de référence des pathologies du système nerveux périphériques

Les services de neurologie du CHU Dupuytren de Limoges (Pr Jean-Michel VALLAT) et du CHU Montpied pour Clermont-Ferrand (Pr Pierre CLAVELOU), ainsi que le service de Génétique médicale de l'Hôtel Dieu (Pr Odile BOESPFLUG-TANGUY) ont regroupé leurs compétences en un centre de référence pour les pathologies du système nerveux périphérique en Limousin-Auvergne.

Les services de neurologie du CHU Dupuytren de Limoges (Pr Jean-Michel VALLAT) et du CHU Montpied pour Clermont-Ferrand (Pr Pierre CLAVELOU), ainsi que le service de Génétique médicale de l’Hôtel Dieu (Pr Odile BOESPFLUG-TANGUY) ont regroupé leurs compétences en un centre de référence pour les pathologies du système nerveux périphérique en Limousin-Auvergne.

Doté de temps médical et paramédical au titre de sa reconnaissance ministérielle, le centre mobilise les experts pour améliorer et standardiser des procédures de diagnostic, d’évaluation clinique et génétique. Par ailleurs, les équipes du Limousin-Auvergne mènent en réseau des recherches avec six autres centres français afin de développer l’épidémiologie et l’aide à la décision thérapeutique.

Les pathologies du système nerveux périphérique touchent l’enfant comme l’adulte. Elles affectent primitivement les nerfs périphériques de façon globale (neuropathies) ou les neurones moteurs (amyotrophies spinales, sclérose latérale amyotrophique).

Hétérogènes et invalidantes, les neuropathies périphériques altèrent les nerfs périphériques à la fois sur les plans sensitif et moteur. Leur présentation clinique est variable selon la prédominance de l’atteinte, motrice ou sensitive, et le caractère symétrique ou asymétrique. Relevant de causes diverses, elles sont classiquement séparées en 2 grands groupes :
– Les formes débutant dans l’enfance sont essentiellement d’origine génétique, héréditaire. Il s’agit le plus souvent d’une maladie de Charcot-Marie Tooth, se caractérisant par un déficit sensitif et moteur progressif avec fonte musculaire, associé à des déformations osseuses (pied creux et cyphoscoliose). La gravité de la maladie est variable d’un patient à l’autre, même au sein d’une même famille. Cette hétérogénéité clinique et la dimension familiale de la pathologie nécessitent des actions coordonnées du centre de référence, chez l’adulte comme chez l’enfant, dans le domaine du diagnostic, de la prise en charge et du conseil génétique.
Le diagnostic repose habituellement sur la confrontation de l’histoire familiale (arbre généalogique, examen des différents membres de la famille), des données cliniques (type et topographie des déficits, signes associés), de l’examen électrophysiologique (permettant d’appréhender l’atteinte différentielle des différentes structures des nerfs, myéline ou axone) et la recherche des gènes en cause. Parfois, il revient à la biopsie nerveuse d’orienter cette recherche causale.

Les formes acquises sont aussi très hétérogènes dans leur expression clinique. D’où la nécessité d’un haut niveau d’expertise afin d’améliorer le diagnostic et la prise en charge.

Le bilan électrophysiologique, essentiellement électromyographique, pivot de l’évaluation initiale du patient, contribue au diagnostic positif, mais également à l’appréciation de l’étendue des lésions, de la cible lésionnelle (myéline ou axone) et du pronostic à long terme. Les explorations biologiques menées sur le sang et le liquide céphalo-rachidien ont un intérêt incontestable. La place de la biopsie nerveuse est tout aussi prépondérante dans l’arsenal diagnostique de ces maladies, pour lesquelles une preuve histologique est nécessaire avant la mise en place de traitements parfois lourds (immunomodulation ou immunosuppression).

Les axes de recherche
A coté de ces évaluations pluridisciplinaires, les acteurs des sites Limousin et Auvergne du Centre de Référence ont développé, depuis de nombreuses années, une activité de recherche clinique dans le domaine des neuropathies périphériques et du motoneurone. Elle intéresse à la fois l’épidémiologie de ces maladies, l’histoire naturelle de certaines formes, mais aussi les essais thérapeutiques. Cette activité de recherche clinique est étroitement liée à une activité de recherche plus fondamentale développée sur les deux sites (équipes labellisées EA 3839, EA 3174 et laboratoire de neuropathologie dans le service de Neurologie du site de Limoges et les équipes labellisées UMR 384, U766, EMI 0216, le Centre de Pharmacologie Clinique et le Centre de Recherche en Nutrition Humaine sur le site de Clermont-Ferrand). Cette activité de recherche concerne l’identification de nouveaux gènes impliqués, la physiopathologie de ces maladies (modèles cellulaires et modèles animaux), l’identification de gènes modificateurs du phénotype clinique et le développement de nouvelles approches thérapeutiques avec des étapes de validation chez l’animal.
On peut ainsi espérer le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques dans les prochaines années par des approches pharmacologiques, par des thérapeutiques neuroprotectrices de l’axone et des thérapies cellulaires visant à réparer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.