Centre de référence « Santé à domicile & Autonomie » 4 CHU retenus

La création d'un Centre National de Référence "Santé à domicile & Autonomie" est confiée au pôle de compétitivité mondial « Solutions Communicantes Sécurisées » (SCS) qui réunit les pôles de compétitivité SCS, Minalogic, Elopsys, CancerBioSanté et les CHU de Nice, Grenoble, Limoges et Toulouse. Luc Châtel, secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie et de la Consommation, Porte-parole du Gouvernement a annoncé la nouvelle, lors de son déplacement officiel dans les Alpes-Maritimes le vendredi 22 Mai.

La création d’un Centre National de Référence « Santé à domicile & Autonomie » est confiée au pôle de compétitivité mondial « Solutions Communicantes Sécurisées » (SCS) qui réunit les pôles de compétitivité SCS, Minalogic, Elopsys, CancerBioSanté et les CHU de Nice, Grenoble, Limoges et Toulouse. Luc Châtel, secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, Porte-parole du Gouvernement a annoncé la nouvelle, lors de son déplacement officiel dans les Alpes-Maritimes le vendredi 22 Mai.

Répondre aux enjeux humains, sociétaux et économiques de la filière Santé à domicile
Développer la filière santé à domicile et accroître sa compétitivité en utilisant les ressources, technologique, les compétences, savoir-faire et activités telle est l’ambition du Centre de Référence. Les travaux des chercheurs et les avancées portées par les industriels auront pour visée l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, l’émergence de nouvelles organisations et solutions innovantes associées ainsi que le développement de la compétitivité de la filière.

Le Centre National de Référence repose sur une organisation en réseau de centres experts et de centres relais répartis sur l’ensemble du territoire et animés par les quatre territoires fédérés de Provence-Alpes- Côte d’Azur, Rhône Alpes, Midi-Pyrénées et Limousin.

Pour le Pôle de compétitivité SCS (Solutions Communicantes Sécurisées) et le CHU de Nice, cette annonce est une reconnaissance de l’expertise présente en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la pertinence de sa stratégie en matière de TIC & Santé, amorcée par la création en 2008 du Centre d’Innovation et d’Usages Santé.

Pour le Pôle de compétitivité Minalogic et le CHU de Grenoble, cette création matérialise la mise en réseau des acteurs et surtout des compétences entre les technologies de l’information et de la communication au service des professionnels de la santé et des patients.

Le Pôle de compétitivité Elopsys et le CHU de Limoges voit dans cette attribution, une récompense du travail mené par les acteurs de la région Limousin, comme terre d’expérimentation et d’évaluation de produits et services innovants regroupés au sein du living lab Autonom’Lab.

Pour le Pôle de compétitivité CancerBioSanté et le CHU de Toulouse cette annonce donne une résonance et une structuration nationales aux initiatives nombreuses développées depuis plusieurs décennies sur leurs territoires avec l’ensemble de leurs partenaires institutionnels, les industriels, les collectivités territoriales et les usagers en matière de e-santé.

Le Pôle de compétitivité mondial « Solutions Communicantes Sécurisées »
Le Pôle de compétitivité mondial SCS (Solutions Communicantes Sécurisées), regroupe les acteurs de la microélectronique, des logiciels, des télécommunications, du multimédia, des services et usages des TIC de la Région PACA. Il fédère près de 200 industriels, laboratoires publics, universités et institutionnels autour de projets de R&D coopératifs répartis sur des marchés en forte croissance : la santé, le tourisme, la sécurité, le multimédia, la traçabilité…

Le Pôle SCS veut devenir l’acteur incontournable et reconnu dans le domaine des solutions communicantes sécurisées en couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers des TIC (microélectronique, télécommunications, logiciels et multimédia) à leurs applications et usages.
Il favorisera l’émergence de projets coopératifs innovants, en pérennisant le flux de projets. Il soutiendra les PME, quelle que soit leur taille en développant une offre de services et une assistance aux différentes étapes de leur développement entrepreneurial. Il participera à la création d’un écosystème approprié régional en développant des ressources d’expertises en R&D et mutualisées, plateformes, centres d’innovation et d’usages, centres nationaux, en instaurant la formation ainsi que le développement durable.
Le Pôle SCS rassemble plus de 200 membres, dont les deux tiers sont des PME, a labellisé plus de 200 projets pour une dépense globale en R&D de plus de 320 millions d’euros.

Pour plus d’information www.pole-scs.org.

Contact Presse
Audrey Rivollet
audrey.rivollet@pole-scs.org
Tél 04 92 96 79 65

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.