Centre neuro-cardio-vasculaire de Poitiers : lancement des travaux

Projet phare d’une offre de soins axée sur les activités de recours régional, le futur centre neuro-cardio-vasculaire ouvrira ses portes en 2016. Pour l’heure, le CHU de Poitiers annonce le lancement des travaux de terrassement de ce bâtiment-satellite de 4 niveaux qui regroupera sur une surface de 25 000 m2, les urgences neuro-cardio-vasculaires, le plateau d’exploration en imagerie et 125 lits. L’enjeu, réunir sur un seul site toutes les expertises et moyens techniques afin de dispenser les meilleurs soins possibles aux personnes souffrant d’insuffisance cardiaque, de maladies coronariennes et aux victimes d’accidents vasculaires cérébraux…

Projet phare d’une offre de soins axée sur les activités de recours régional, le futur centre neuro-cardio-vasculaire ouvrira ses portes en 2016. Pour l’heure, le CHU de Poitiers annonce le lancement des travaux de terrassement de ce bâtiment-satellite de 4 niveaux qui regroupera sur une surface de 25 000 m2, les urgences neuro-cardio-vasculaires, le plateau d’exploration en imagerie et 125 lits. L’enjeu, réunir sur un seul site toutes les expertises et moyens techniques afin de dispenser les meilleurs soins possibles aux personnes souffrant d’insuffisance cardiaque, de maladies coronariennes et aux victimes d’accidents vasculaires cérébraux… En 2012, le CHU de Poitiers a enregistré près de 3 000 passages aux urgences cardiologiques et traité plus de 800 personnes victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC)

Les atouts du nouveau site : une organisation plus rationnelle qui prévoit l’installation d’un plateau d’explorations en imagerie comportant scanner, IRM et échographie doppler, à proximité des urgences et des salles interventionnelles. De même les blocs dotés des dernières avancées en robotique et imagerie seront implantés autour de la salle de soins post-interventionnelle, près de la stérilisation centrale.

Caractéristiques architecturales
Parmi les différents projets proposés, c’est celui de l’agence Behrend Architecture associée à TLR architecture & associés qui a été retenu. Celui-ci a pris le pari risqué de s’accoler au satellite Jean-Bernard pour ne faire qu’un seul et même bâtiment. Cette architecture permettra une meilleure fonctionnalité et une meilleure gestion des flux entre les deux bâtiments.
Les matériaux et les équipements techniques qui seront utilisés dans la construction du centre neuro-cardio-vasculaire, répondent à la réglementation thermique de 2005 (RT2005) en terme de performance énergétique.

Le centre neuro-cardio-vasculaire : données repères
– Superficie : 25 000 m²

– 125 lits d’hospitalisation
– 12 lits de chirurgie cardio-thoracique,16 lits de soins intensifs de cardiologie, 17 lits de chirurgie vasculaire, 20 lits dédiés à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux, 30 lits de réanimation spécialisée en chirurgie cardio-thoracique et en neurochirurgie et 30 lits d’hospitalisation traditionnelle.
– Plateau technique dédié avec IRM et échographie doppler…
– Le coût prévisionnel des travaux s’élève à 53 700 000 € TTC hors provision, aléas et suggestions (coût total opération :  65 645 000 M€).

Calendrier 2009-2016
2009 avril : Lancement des études de programmation
2010 – 18 octobre : Lancement du concours de maîtrise d’œuvre
2011 – 17 juin : Choix du lauréat (agence Behrend Architecture associée à TLR architecture & associés)
2012 – 9 juillet : Validation de l’avant-projet définitif
2012 – 19 septembre : Arrêté du permis de construire
2013 – 7 janvier : Lancement des consultations des entreprises
2013 avril – mai : Déconstruction de la maison des familles
2013 – 3 juin : Réunion de démarrage des travaux pour un délai global de 44 mois
2016 – mai : Réception du bâtiment neuf neuro-cardio-vasculaire
2016 – déc : Réception du bâtiment neuro-cardio-vasculaire et des réhabilitations existantes : satellite Jean-Bernard.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.