Centre urgences-réanimations : les travaux démarrent

Le chantier du futur centre urgences-réanimations a démarré en septembre. Cette opération majeure du plan directeur du CHU de Rennes renouvellera totalement les conditions d'accueil et de prise en charge des patients venant aux urgences.

Le chantier du futur centre urgences-réanimations a démarré en septembre. Cette opération majeure du plan directeur du CHU de Rennes renouvellera totalement les conditions d’accueil et de prise en charge des patients venant aux urgences.

Les premiers travaux, invisibles de l’extérieur, visent à adapter les galeries médicales et logistiques qui relient les principaux bâtiments du site de l’Hôpital Pontchaillou. Le premier impact concret sera, dès le début 2007, la mise en place d’une liaison pneumatique pour l’acheminement des examens biologiques entre les différents bâtiments cliniques et les laboratoires. Ce n’est qu’aux mois d’octobre-novembre 2006, que les riverains et les hospitaliers pourront voir l’emprise de ce chantier en plein coeur du site de l’Hôpital Pontchaillou.

Ce nouveau bâtiment, qui va nécessiter deux ans de travaux (jusqu’en 2009), abritera
– au niveau -1 : le bloc opératoire des urgences (5 salles + salle de réveil) et les lits périopératoires ; un plateau d’imagerie tronc-thorax ;
– au niveau 0 : le service des urgences et les lits d’UHCD (unité Duhamel) ; un plateau d’imagerie dédié aux urgences ;
– au niveau 1 : les services de réanimation médicale et chirurgicale ;
– au niveau 2 : les bureaux de l’anesthésie, des réanimations et des locaux d’enseignement ; une unité de médecine post-accueil : l’unité Guéhenno dont la capacité passe de 19 à 30 lits d’hospitalisation complète ;
– au niveau 3 : une unité de soins continus de réanimation de 12 lits : 6 lits réanimation médicale et 6 lits réanimation chirurgicale (cette unité n’existe pas aujourd’hui) ; la coordination des prélèvements d’organes ; une unité hospitalière sécurisée interrégionale de 19 lits destinée à l’accueil des détenus. Cette unité entièrement créée à l’ouverture du Centre urgences-réanimation comptera parmi les 7 unités prévues en France pour hospitaliser les détenus malades. Son fonctionnement reposera sur une collaboration étroite avec les services de police et les services pénitentiaires.

Le cout de cette opération est de 60 millions d’euros dont le financement est assuré majoritairement par le CHU lui-même et par une subvention au titre du plan « Hôpital 2007 ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.