Centres Hospitaliers Universitaires : Le projet de réforme de la tarification des établissements de santé

La réforme actuellement envisagée s'inscrit dans le prolongement de la loi du 27 juillet 1999 portant création d'une couverture maladie universelle : son article 55 stipule en effet que " le gouvernement pourra expérimenter à compter du 1er janvier 2001 et pour une période n'excédant pas cinq ans de nouveaux modes de financement des établissements publics ou privés, fondés sur une tarification à la pathologie "

Cette expérimentation est définie « comme s’inscrivant dans le cadre de la politique hospitalière du gouvernement qui vise à promouvoir la qualité des soins, à adapter l’offre aux besoins et à améliorer l’efficience globale du système hospitalier ».

Objectifs de l’expérimentation

– financer les établissements sur la base de la juste mesure de leur activité,
– permettre la mise en ?uvre de modes de régulation efficaces,
– corriger les effets néfastes de modes de financement et de régulation distincts entre les différents secteurs de l’hospitalisation.
Le financement « à la pathologie » consiste à financer les établissements en fonction de leur activité effective et à un prix égal pour tous pour la prise en charge d’un état pathologique donné. Ce dispositif devrait assurer une distribution équitable et maîtrisée des ressources entre établissements publics et privés.

La méthodologie retenue s’appuie sur deux instances :

– Un comité de pilotage de tarification à la pathologie présidé par Bernard Marrot et composé de représentants de fédérations d’établissements publics et privés, de représentants des conférences, des praticiens, des administrations, des ARH et des principaux organismes nationaux d’assurance maladie et de personnalités qualifiées.
– Un comité d’experts constitué de spécialistes désignés par les membres du comité de pilotage qui pourra se subdiviser en ateliers thématiques.
Par ailleurs quatre commissions consultatives seront associées ; les représentants des usagers, les organisations syndicales , les médecins hospitaliers publics et les médecins libéraux seront appelées à livrer leurs observations tout au long de l’expérimentation .

Le calendrier prévisionnel

2000 : élaboration par le comité de pilotage du cahier des charges de l’expérimentation décrivant ses modalités pratiques et techniques
2001 : lancement de l’expérimentation qui pourra prendre des formes variées en associant tests techniques, enquêtes, simulations financières et si cela est possible, tests en vraie grandeur
2002 et 2003 : test sur deux cycles budgétaires

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.