Certification de la Tumorothèque régionale de Franche-Comté

Les activités de la Tumorothèque régionale de Franche-Comté (TRFC) sont certifiées selon la norme NF S 96-900 depuis mars 2014. Une garantie pour la qualité des ressources biologiques et des services proposés : recueil, conservation, préparation et mise à disposition des ressources biologiques aux équipes de recherche académiques ou privées.

Les activités de la Tumorothèque régionale de Franche-Comté (TRFC) sont certifiées selon la norme NF S 96-900 depuis mars 2014. Une garantie pour la qualité des ressources biologiques et des services proposés : recueil, conservation, préparation et mise à disposition des ressources biologiques aux équipes de recherche académiques ou privées.

Les échantillons prélevés dans le cadre du soin et congelés au sein de la TRFC bénéficient aux programmes de recherche médicale sous réserve du consentement du patient et de l’accord du conseil scientifique de la TRFC.

Plus de 15 000 échantillons de tumeurs ou de tissus sains sont conservés actuellement par la TRFC à -196°C, ainsi qu’environ 10 000 dérivés à -80°C (ADN principalement, mais aussi sérum et plasma) ont pu être mis à disposition dans le cadre de près de 60 collaborations

La TRFC est le fruit de la coopération des laboratoires d’anatomie et cytologie pathologiques publics et privés de Franche-Comté sur lesquels s’appuient les établissements de chirurgie accrédités en cancérologie. Sur  2500 échantillons congelés chaque année, 500 proviennent d’établissements extérieurs.

Site web de la tumorothèque régionale de Franche-Comté

Les tumorothèques sont des banques d’échantillons biologiques obtenus à partir de tissus tumoraux (prélèvements) conservés à très basse température afin de préserver leurs propriétés de l’ADN et de l’ARN. Les tumorothèques mettent à disposition ces échantillons dans le cadre sanitaire pour affiner un diagnostic (recherche de mutations somatiques, recherche de translocations) et à des fins de recherche, aux scientifiques des laboratoires académiques et privés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.