Certification ISO 9002 de l’Unité de Thérapie Cellulaire et Génique

En thérapie cellulaire et génique, il existe une étape incontournable entre la recherche effectuée dans les laboratoires et les traitements réalisés par les cliniciens : la fabrication des produits.

En créant en 1994 une unité de production des traitements par thérapie cellulaire et génique, le CHU de Nantes inaugurait une nouvelle activité en France.

Il témoigne aussi de sa volonté de procurer au malade le plus rapidement et le plus efficacement possible les protocoles thérapeutiques sortis des unités de recherche.

Cette unité vient de recevoir la certification ISO9002 (une nouveauté pour une structure hospitalière de ce type) qui garantit aux cliniciens et aux malades la qualité des produits fabriqués.

La thérapie cellulaire et génique permet de traiter des malades atteints d’affections telles que le lymphome, le mélanome, le cancer de l’ovaire, le diabète sur insuffisance rénale.

L’Unité de Thérapie Cellulaire et Génique a bénéficié du soutien de l’AFM, de l’INSEM, de la Ligue Contre le Cancer et de l’ARC.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.