Certification sans réserve des comptes 2018 pour le CHU de Lille

Pour la quatrième année consécutive, les comptes du CHU de Lille ont été certifiés sans réserve, au terme du rapport d’opinion des Commissaires aux Comptes du cabinet KPMG, présenté devant le Conseil de Surveillance le 27 juin. Frédéric Boiron, directeur général, a souligné "l’exhaustivité et la sincérité des comptes de l’établissement et a remercié les équipes comptables et financières du CHU et de l’administration des Finances Publiques pour leur professionnalisme et leur collaboration de grande qualité".
Pour la quatrième année consécutive, les comptes du CHU de Lille ont été certifiés sans réserve, au terme du rapport d’opinion des Commissaires aux Comptes du cabinet KPMG, présenté devant le Conseil de Surveillance le 27 juin. Frédéric Boiron, directeur général, a souligné "l’exhaustivité et la sincérité des comptes de l’établissement et a remercié les équipes comptables et financières du CHU et de l’administration des Finances Publiques pour leur professionnalisme et leur collaboration de grande qualité".
Cette certification sans réserve illustre la poursuite d’un partenariat dynamique formalisé en janvier 2019 par la signature du renouvellement de la convention de service Comptable et Financier pour les cinq années à venir entre le CHU de Lille et la Direction Régionale des Finances Publiques.

Un gain de marge brute de 13,4 M€

L’exécution de l’EPRD 2018 s’est traduite par une amélioration du résultat consolidé et une progression de la marge brute: la mise en oeuvre du Programme Modernisation et Equilibre 2019‐2023 porte ses premiers effets avec un gain de marge brute de 13,4 M€ passant de 39,5 M€ à 52,9 M€. Le taux de marge brute consolidée atteint désormais 4,4%, avec une hausse de 1,1 point par rapport à 2017.
Cette évolution favorable des résultats doit permettre au CHU de maintenir une notation financière de très bon niveau à la fois sur le court (P‐1) et long terme (A2) obtenue en novembre 2018. Le CHU a investi 58 M€ en 2018, et a en particulier poursuivi le projet Institut Cœur Poumon, dont les travaux s’achèveront fin 2020.
Frédéric BOIRON souligne la nécessité de maintenir cette dynamique en 2019 pour soutenir la capacité d’autofinancement du CHU, et donc préserver la dynamique d’investissement, pour les années à venir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.