CeSAR prépare aux situations médicales graves

Le 4 septembre 2009, le CHU d'Angers a inauguré CeSAR, le centre de simulation en Anesthésie-Réanimation, équipement idéal pour entraîner les spécialistes d'une discipline à hauts risques aux situations médicales graves. Apprendre à faire face aux cas extrêmes, à gérer les incidents critiques, repérer et prendre en compte précisément les facteurs humains dans la cascade des événements, connaître et maîtriser ses réactions afin de rechercher en permanence des solutions pour améliorer la sécurité des patients … Telle est la vocation de CeSAR. Les entraînements auxquels sont soumis les équipes permettent d'expérimenter -sans danger pour les patients- les anesthésies et réanimations effectuées dans des conditions à la fois graves et rares. Tout est vrai, matériel, professionnels de santé, taux d'adrénaline des médecins… à l'exception du patient figuré par un mannequin adulte ou enfant. Le centre d'Angers est d'ailleurs le seul des 4 centres de simulation français à disposer d'un mannequin enfant.

Le 4 septembre 2009, le CHU d’Angers a inauguré CeSAR, le centre de simulation en Anesthésie-Réanimation, équipement idéal pour entraîner les spécialistes d’une discipline à hauts risques aux situations médicales graves.

Apprendre à faire face aux cas extrêmes, à gérer les incidents critiques, repérer et prendre en compte précisément les facteurs humains dans la cascade des événements, connaître et maîtriser ses réactions afin de rechercher en permanence des solutions pour améliorer la sécurité des patients … Telle est la vocation de CeSAR.

Les entraînements auxquels sont soumis les équipes permettent d’expérimenter -sans danger pour les patients- les anesthésies et réanimations effectuées dans des conditions à la fois graves et rares. Tout est vrai, matériel, professionnels de santé, taux d’adrénaline des médecins… à l’exception du patient figuré par un mannequin adulte ou enfant. Le centre d’Angers est d’ailleurs le seul des 4 centres de simulation français à disposer d’un mannequin enfant.

Conçu selon le modèle des centres de simulation aéronautique, cette pratique transposée en médecine offre un complément de formation initiale et continue de haut niveau aux équipes angevines. Au-delà de l’aspect formateur, les anesthésistes-réanimateurs bénéficient d’une nouvelle approche de la gestion des incidents critiques.

Créé par le Professeur Jean-Claude Granry, coordonnateur du pôle d’anesthésie-réanimation, le centre de simulation est dirigé par le Docteur Jérôme Berton.

Ce centre, dont les premières séances ont débuté fin 2008, a été inauguré le 4 septembre en présence des partenaires financiers (Agence Régionale d’Hospitalisation, Conseil Régional, Conseil Général, SDIS 49…) et de Yvonnick Morice, directeur général du CHU. Les personnalités assisteront en direct à une séance de simulation dont le scénario sera conçu à partir d’un cas réel répertorié dans la littérature scientifique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.