Ceux dont on ne parle jamais

L'éducation des patients diabétiques : c'est aussi l'affaire des aides-soignants

L’éducation des patients diabétiques : c’est aussi l’affaire des aides-soignants…
L’éducation proposée aux patients diabétiques et à leurs familles est un élément essentiel de prévention. Un patient éduqué est un patient autonome et rassuré qui a obtenu le « permis de conduire son traitement ». Les aides-soignants qui occupent une place privilégiée auprès du patient jouent un rôle essentiel dans son apprentissage de l’équilibre alimentaire et de la bonne nutrition.

Joindre l’utile à l’agréable
La prise du repas participe au traitement et donc au recouvrement de la santé. Afin d’optimiser l’alimentation du patient, l’aide-soignant doit respecter des procédures d’installation, de distribution, d’aide et de surveillance. Il ou elle participe aux repas des malades mais doit également éduquer les personnes de leur entourage à une bonne nutrition et conseille le patient sur le choix du menu en tenant compte de son régime.

Installation du patient
L’installation du patient pour le repas doit privilégier le confort afin que le malade puisse apprécier le repas.
L’aide-soignant ne doit pas oublier que le malade est  » à jeun « 
Il vérifie que le plateau corresponde bien au malade : étiquette, carte, régime prescrit et nombre de glucides. L’aide-soignant veille à ce que la présentation du repas soit agréable et aide le malade à manger et à boire en respectant son rythme, c’est-à-dire lentement. Il écoute ses commentaires, observe ses réactions : dégoût, problèmes de digestion, questions sur la sélection des plats afin de les signaler à l’infirmière.

Surveillance de l’équilibre alimentaire
L’aide-soignant doit veiller à ce que le patient diabétique prenne chaque jour un repas équilibré comprenant des aliments de chaque catégorie (glucides, lipides, protides). Le petit-déjeuner qui fait suite au jeûne prolongé de la nuit, constitue un repas qu’il ne faut pas négliger. Enfin, l’aide-soignant vérifie qu’il n’y ait aucune entorse à l’hygiène alimentaire ce qui pourrait entraîner une intoxication.

Faire boire le malade
Il faut veiller à ne pas oublier de faire boire le malade. L’eau est indispensable à l’organisme et représente environ le tiers du poids du corps ; il faut 2,5 à 3 litres d’eau par jour pour compenser les pertes normales (urines, sueur, transpiration). L’aide-soignant proposera systématiquement à boire lorsqu’il pénètrera dans la chambre d’un patient non autonome ou d’une personne âgée.

Dans le service de diabétologie chacun doit être à l’écoute des patients et participer à leur éducation sanitaire. Les aides-soignants, collaborateurs des infirmiers, jouent un rôle pivot dans cette démarche. Ils observent le langage du corps du patient et écoutent les propos de la famille : habitudes et plaisirs alimentaires, préférences, respect des croyances religieuses, choix… La prise de nourriture peut être un enjeu affectif entre le patient et les soignants, le patient et son entourage et entre le patient et lui-même.

D’après un article rédigé par Mesdames B. William et F. Alvin -médecine C.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.