Chauffe-eau solaire, voitures écologiques, chaufferie biomasse…

Depuis 2005, le CHU de Limoges s'est inscrit dans une démarche de respect de l'environnement. Dans le prolongement de ses actions, un nouveau projet, l'installation de panneaux solaires, va voir le jour.

Depuis 2005, le CHU de Limoges s’est inscrit dans une démarche de respect de l’environnement. Dans le prolongement de ses actions, un nouveau projet, l’installation de panneaux solaires, va voir le jour.

Un projet basé sur l’énergie solaire, une source d’énergie totalement gratuite et écologique va être mis en route sur le bâtiment de la blanchisserie du CHU. Il s’agit de l’installation d’un groupe de production d’eau chaude sanitaire, alimenté par des panneaux solaires. 31 m² de panneaux solaires en kit ont été acquis et vont être installés par l’atelier génie climatique du CHU d’ici la mi-septembre.

Ce projet revêt un aspect environnemental intéressant, puisqu’il va permettre d’éviter d’émettre près de 3 400 kg de dioxyde de carbone par an. Par ailleurs, grâce au système de fonctionnement hydraulique (l’eau est réchauffée en circulant à l’intérieur des panneaux solaire), il n’y a pas besoin d’électricité pour le faire fonctionner.

Une mesure d’ensoleillement pour l’année 2007 a été réalisée. Les 18 000 kWh par an ainsi obtenus vont permettre de couvrir, grâce aux panneaux solaires, près de la moitié des besoins énergétiques nécessaire pour la production d’eau chaude de la blanchisserie. La partie restante sera produite par la chaufferie, elle-même alimentée à 60 % par la biomasse (voir plus bas dans l’article).
Ce dispositif va servir de « maquette » pour une réflexion à très grande échelle, à savoir la production d’eau chaude sanitaire par panneaux solaires sur l’ensemble de l’hôpital Dupuytren, le bâtiment principal du CHU. Une étude de faisabilité pour ce projet est en cours.

Le premier hôpital français à disposer d’une chaufferie biomasse
Le 26 février 2008 a débuté la construction de la nouvelle chaufferie biomasse qui sera alimentée par un mélange écorce plaquette forestière de catégorie A. Elle produira 66% des besoins énergétiques pour chauffer le site principal de l’établissement. Ce projet permettra au CHU de Limoges de diminuer considérablement sa consommation de ressources fossiles et ses rejets de dioxyde de carbone et fera baisser sa facture énergétique de 500 000 euros par an. La chaufferie devrait être en service pour le début de l’année 2009.

Un parc automobile écologique
Le CHU de Limoges a choisi de s’équiper de voitures roulant au gaz naturel. En 2007, 3 véhicules de ce type ont été acquis, un quatrième, en commande, viendra prochainement compléter ce parc automobile écologique. Un choix qui permet de respecter l’environnement et de réduire les coûts d’exploitation.

Un système de traitement des déchets plus écologique et plus économique
Depuis fin 2005, le système d’incinération des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) du CHU de Limoges a été remplacé par un système de banalisation de type ECODAS : les déchets infectieux sont broyés puis « stérilisés » via un traitement à vapeur à 138° C et 3,8 bars. Un système complètement écologique et beaucoup plus économique que l’ancien.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.