Chauffe-eau solaire, voitures écologiques, chaufferie biomasse…

Depuis 2005, le CHU de Limoges s'est inscrit dans une démarche de respect de l'environnement. Dans le prolongement de ses actions, un nouveau projet, l'installation de panneaux solaires, va voir le jour.

Depuis 2005, le CHU de Limoges s’est inscrit dans une démarche de respect de l’environnement. Dans le prolongement de ses actions, un nouveau projet, l’installation de panneaux solaires, va voir le jour.

Un projet basé sur l’énergie solaire, une source d’énergie totalement gratuite et écologique va être mis en route sur le bâtiment de la blanchisserie du CHU. Il s’agit de l’installation d’un groupe de production d’eau chaude sanitaire, alimenté par des panneaux solaires. 31 m² de panneaux solaires en kit ont été acquis et vont être installés par l’atelier génie climatique du CHU d’ici la mi-septembre.

Ce projet revêt un aspect environnemental intéressant, puisqu’il va permettre d’éviter d’émettre près de 3 400 kg de dioxyde de carbone par an. Par ailleurs, grâce au système de fonctionnement hydraulique (l’eau est réchauffée en circulant à l’intérieur des panneaux solaire), il n’y a pas besoin d’électricité pour le faire fonctionner.

Une mesure d’ensoleillement pour l’année 2007 a été réalisée. Les 18 000 kWh par an ainsi obtenus vont permettre de couvrir, grâce aux panneaux solaires, près de la moitié des besoins énergétiques nécessaire pour la production d’eau chaude de la blanchisserie. La partie restante sera produite par la chaufferie, elle-même alimentée à 60 % par la biomasse (voir plus bas dans l’article).
Ce dispositif va servir de « maquette » pour une réflexion à très grande échelle, à savoir la production d’eau chaude sanitaire par panneaux solaires sur l’ensemble de l’hôpital Dupuytren, le bâtiment principal du CHU. Une étude de faisabilité pour ce projet est en cours.

Le premier hôpital français à disposer d’une chaufferie biomasse
Le 26 février 2008 a débuté la construction de la nouvelle chaufferie biomasse qui sera alimentée par un mélange écorce plaquette forestière de catégorie A. Elle produira 66% des besoins énergétiques pour chauffer le site principal de l’établissement. Ce projet permettra au CHU de Limoges de diminuer considérablement sa consommation de ressources fossiles et ses rejets de dioxyde de carbone et fera baisser sa facture énergétique de 500 000 euros par an. La chaufferie devrait être en service pour le début de l’année 2009.

Un parc automobile écologique
Le CHU de Limoges a choisi de s’équiper de voitures roulant au gaz naturel. En 2007, 3 véhicules de ce type ont été acquis, un quatrième, en commande, viendra prochainement compléter ce parc automobile écologique. Un choix qui permet de respecter l’environnement et de réduire les coûts d’exploitation.

Un système de traitement des déchets plus écologique et plus économique
Depuis fin 2005, le système d’incinération des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) du CHU de Limoges a été remplacé par un système de banalisation de type ECODAS : les déchets infectieux sont broyés puis « stérilisés » via un traitement à vapeur à 138° C et 3,8 bars. Un système complètement écologique et beaucoup plus économique que l’ancien.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.