Chimiothérapie : système hyperthermique intra-péritonéale ‘CAVITHERM’

La chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour traiter les lésions tumorales disséminées dans la cavité abdominale, sur le péritoine, formant ce que l'on appelle la "carcinose péritonéale". Elle s'adresse principalement aux carcinoses d'origine colique et ovarienne. Ce traitement nécessite dans un premier temps, l'ablation des lésions tumorales par exérèse chirurgicale. Lorsque toutes les lésions tumorales visibles à l'oeil nu ont été enlevées, l'abdomen du malade est rempli d'un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l'abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie va être au contact des cellules microscopiques restantes et sera plus efficace. C'est l'action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie qui détruira ces cellules microscopiques.

La chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour traiter les lésions tumorales disséminées dans la cavité abdominale, sur le péritoine, formant ce que l’on appelle la « carcinose péritonéale ». Elle s’adresse principalement aux carcinoses d’origine colique et ovarienne.

Ce traitement nécessite dans un premier temps, l’ablation des lésions tumorales par exérèse chirurgicale. Lorsque toutes les lésions tumorales visibles à l’oeil nu ont été enlevées, l’abdomen du malade est rempli d’un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l’abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie va être au contact des cellules microscopiques restantes et sera plus efficace. C’est l’action combinée de la chaleur et de la chimiothérapie qui détruira ces cellules microscopiques.

L’appareil ajuste en continu la température souhaitée quelque soit la variation du débit et les caractéristiques de l’environnement. Le fluide est mis en circulation par une pompe centrifuge qui fournit un débit régulier, réglable par l’utilisateur et empêche toute surpression. Le volume du fluide injecté au patient est contrôlé. Les différentes phases du traitement sont gérées intégralement par l’appareil sous contrôle de l’opérateur.

La Société EFS en partenariat avec le Laboratoire d’Hyperthermie d’Oncologie de Lyon Sud du Centre Hospitalier Lyon Sud ont mis au point un appareil, le Cavitherm, qui permet d’améliorer considérablement l’efficacité de ce traitement en régulant précisément le chauffage et la mise en circulation des fluides actifs.

L’Ecole des Mines de Saint-Etienne s’est associée depuis 1997 au programme de Recherche de la Chimio-Hyperthermie intra-péritonale des CHU de Saint-Etienne et de Lyon Sud.

Offert par le Comité de la Ligue contre le Cancer de la Loire, le Cavitherm sera inauguré mercredi 22 novembre 2006 à 15 heures, service de Chirurgie générale, digestive, thoracique et urgence, salle d’enseignement pavillon 2 – CHU-Hôpital Bellevue

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.