Chir. ambulatoire : 1ère ablation d’une hernie discale au CHU d’Amiens

Pour la première fois la résection d'une hernie discale a été réalisée en ambulatoire au CHU Amiens-Picardie. Une pratique qui devrait se banaliser. L'opération a été menée avec succès, dans la journée du 30 août 2016, sur un homme de 38 ans, par le Professeur Peltier et le Docteur Lefranc du service de neurochirurgie.
Pour la première fois la résection d’une hernie discale a été réalisée en ambulatoire au CHU Amiens-Picardie. Une pratique qui devrait se banaliser. L’opération a été menée avec succès, dans la journée du 30 août 2016, sur un homme de 38 ans, par le Professeur Peltier et le Docteur Lefranc du service de neurochirurgie.
Cette première est aussi une nouvelle étape vers un élargissement de l’offre ambulatoire au CHU Amiens-Picardie qui souhaite pouvoir offrir des sorties très rapides (dans la journée ou à J+1) à la grande majorité de ses patients opérés pour résection d’hernie discale. Actuellement, moins de 2% de ce type d’interventions sont faites en ambulatoire en France. 
Par chirurgie endoscopique mini-invasive
L’opération a été réalisée par chirurgie endoscopique mini-invasive. Une technique qui réduit le temps d’anesthésie, le traumatisme musculaire et les douleurs post-opératoires, favorise une récupération rapide et, de ce fait, permet des hospitalisations courtes.Ce procédé s’avère moins agressif pour les muscles spinaux et pour la peau. Il n’induit pas d’ablation de nerf ni de diminution ou d’arrêt de vascularisation (ischémie). Les pertes sanguines et les risques d’infection sont diminués, et les risques de conversion (retour à une chirurgie par voie classique) sont minimes. En outre, n’exigeant que de petites incisions, cette technique présente un avantage esthétique. 
Les patients éligibles pour ce type d’intervention en ambulatoire doivent répondre à des critères spécifiques. Ils bénéficient d’une consultation avec une infirmière et un kinésithérapeute avant la chirurgie, d’une prise en charge le jour J et d’un appel le lendemain. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.