Chirurgie ambulatoire d’exception : ablation de deux segments du foie

Le CHU Amiens-Picardie vient d'établir un nouveau record en chirurgie lourde pratiquée en ambulatoire avec l'ablation sous cœlioscopie de deux tumeurs cancéreuses du foie d'un homme âgé de 65 ans, le 22 novembre 2017. Une intervention, exceptionnelle en France et très rare dans le monde ! Opéré le matin, le patient a pu regagner son domicile le soir-même, entouré de sa famille. Dès le lendemain, il était en contact avec une infirmière. Cette nouvelle organisation réduit de 3 jours le temps d'hospitalisation.

Le CHU Amiens-Picardie vient d’établir un nouveau record en ambulatoire avec l’ablation sous cœlioscopie d’une tumeur cancéreuse du foie d’un homme âgé de 65 ans, le 22 novembre 2017. L’intervention exceptionnelle en France et très rare dans le monde a duré 80 minutes. Opéré le matin, le patient a pu regagner son domicile le soir-même, entouré de sa famille. Dès le lendemain, il était en contact avec une infirmière. Cette nouvelle organisation réduit de 3 jours le temps d’hospitalisation.

Un parcours « court et allégé » 

Le patient suivi pour un cancer du côlon (pathologie lourde) a pu profiter d’une meilleure qualité de prise en charge de la métastase au foie. Le protocole adopté garantit la sécurité de son parcours avant, pendant et après l’hospitalisation. En amont, l’équipe se prononce en réunion de concertation multidisciplinaire sur l’opportunité d’une opération en ambulatoire. Les rendez-vous sont ensuite pris avec l’anesthésie et les spécialistes. La date de l’opération est planifiée ainsi que sa sortie. Le lendemain de l’intervention, le patient est recontacté à son domicile par une infirmière qui recueille des informations sur son état de santé. Il reverra le chirurgien au bout de 4 jours après son intervention si aucune complication n’a été décelée lors de l’appel du lendemain par l’infirmière.
Le rétablissement rapide est rendu possible grâce aux avantages de la cœlioscopie, une chirurgie faite à partir de petites incisions. Cette technique est parfaitement maitrisée par l’équipe du Pr Regimbeau, Chef de service de chirurgie digestive et de l’Unité médico-chirurgicale ambulatoire (UMCA) du CHU Amiens-Picardie qui prévoit déjà 25 autres interventions du même type chaque année. Grâce à cette avance, le CHU peut élargir ainsi la palette des soins innovants proposés aux patients de Picardie.
A noter que cette résection hépatique sous cœlioscopie de lobectomie gauche reste à ce jour non rapportée dans la littérature et pourrait figurer parmi les premières mondiales. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.