Chirurgie ambulatoire, Grenoble vise les 50% en 2016

L'ambulatoire représente une part toujours croissante des séjours effectués au CHU de Grenoble. Doté d’un large éventail d’hôpitaux de jour, d’unités de chirurgie ambulatoire sur chacun de ses sites, et d’un service d’hospitalisation à domicile, le CHU se trouve largement engagé dans le « virage ambulatoire » qui caractérise les hôpitaux depuis plusieurs années. Actuellement 30% des séjours chirurgicaux se font en ambulatoire et Grenoble ambitionne de poursuivre sur cette lancée afin d'atteindre les 50 % en 2016

L’ambulatoire représente une part toujours croissante des séjours effectués au CHU de Grenoble. Doté d’un large éventail d’hôpitaux de jour (HDJ), d’unités de chirurgie ambulatoire (UCA) sur chacun de ses sites, et d’un service d’hospitalisation à domicile (HAD), le CHU se trouve largement engagé dans le « virage ambulatoire » qui caractérise les hôpitaux depuis plusieurs années. Actuellement 30% des séjours chirurgicaux se font en ambulatoire et Grenoble ambitionne de poursuivre sur cette lancée afin d’atteindre les 50 % en 2016. L’établissement dauphinois figurera alors dans le peloton de tête des CHU français.
L’accroissement significatif de l’activité ambulatoire du CHU de Grenoble repose sur une offre très diversifiée. Les séjours ambulatoires concernent tous les secteurs d’activité de l’établissement. Le rythme de progression annuel de l’activité ambulatoire a été soutenu sur les cinq dernières années, notamment dans les unités de chirurgie ambulatoire (UCA) où leur taux est passé de 11 % en 2005 à 30 % au mois d’octobre 2014. L’objectif d’un taux à 50 % en 2016 constitue un axe stratégique fort pour le CHU de Grenoble.
Des unités de Chirurgie Ambulatoire diversifiées sur chaque site
Le développement des unités dédiées à la chirurgie ambulatoire a été déterminant dans cette évolution. Chacun des sites du CHU de Grenoble dispose d’UCA :
En 2014, 12 spécialités médico-chirurgicales sont intégrées à l’unité de l’hôpital Michallon. Sa capacité actuelle est de 24 places et elle dispose d’un salon de sortie.
L’UCA d’orthopédie-traumatologie de l’hôpital Sud accueille chaque jour six patients, soit 85 patients par mois en moyenne.
Au sein de l’hôpital Couple Enfant, les 7 places d’UCA pédiatriques reçoivent les jeunes patients pris en charge pour de petits gestes chirurgicaux, des gestes médicaux impliquant l’imagerie, nécessitant une anesthésie générale ou locorégionale. Presque toutes les disciplines chirurgicales sont impliquées dans ce dispositif.
Le secteur de gynécologie développe également l’hospitalisation ambulatoire, avec une part d’interventions courtes, nécessitant peu de soins spécifiques ensuite, et de la chirurgie du cancer du sein.
Un passeport ambulatoire pour faciliter le parcours du patient
Depuis septembre 2014, chaque patient reçoit un passeport ambulatoire lors de la consultation médicale ou chirurgicale. Ce passeport contient tous les éléments nécessaires à sa prise en charge et l’accompagne sur tout son parcours, avec un numéro unique de référence. Grâce au passeport, la sortie du patient est organisée avant même son entrée.
« L’UCA est génératrice d’innovations au service des patients. Le récent passeport ambulatoire mis en place au CHU témoigne des progrès accomplis en matière d’organisation et d’information» explique le Dr Martine Richard, médecin-anesthésiste, responsable de l’UCA de l’hôpital Michallon.
Progressivement, les unités de Chirurgie Ambulatoire ne sont plus une alternative à l’hospitalisation mais deviennent le mode de prise en charge de référence au CHU de Grenoble. 
« L’ambulatoire a changé les pratiques médicales, obligeant à considérer d’emblée le patient dans sa globalité, y compris pour les suites immédiates de sa prise en charge. L’ambulatoire induit une mobilisation autour des parcours, établis avec toute la rigueur et l’exigence imposées par la sécurisation qui doit entourer une sortie rapide de l’hôpital. Chaque étape doit être définie et coordonnée rigoureusement : pré-admission, admission, geste, courriers, sortie, prise en charge à domicile… » reconnaît Jean-Pierre Zarski, Président de la CME du CHU de Grenoble.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.