Chirurgie ambulatoire : Paris opte pour un suivi automatisé via chatbot

Un robot conversationnel intelligent ou « chatbot » capable d’échanger par SMS avec les patients avant et après leur hospitalisation en ambulatoire a été expérimenté avec succès dans le service de chirurgie ambulatoire de l’hôpital Saint-Antoine AP-HP. Avec 35% de réponse en plus, une meilleure observation des consignes et une diminution du retard des patients, cette solution numérique s'avère bien plus efficace que la traditionnelle relance téléphonique. Elle est en passe d'être déployée dans les 23 unités de chirurgie ambulatoire de l'AP-HP, d'ici à 2019. Explications....

Un robot conversationnel ou « chatbot » capable d’échanger par SMS avec les patients avant et après leur hospitalisation en ambulatoire a été expérimenté avec succès dans le service de chirurgie ambulatoire de l’hôpital Saint-Antoine AP-HP. Avec 35% de réponse en plus, une meilleure observation des consignes et une diminution du retard des patients cette solution numérique s’avère bien plus efficace que la traditionnelle relance téléphonique. Explications…. 
Doté d’une intelligence artificielle, un chatbot est un robot logiciel capable de dialoguer avec des êtres humains sur la base de programmes de conversations automatisées effectuées en grande partie en langage naturel.
Dans un contexte de forte augmentation de l’activité de chirurgie ambulatoire, + 15,5% depuis 2014, le chatbot assure un suivi automatisé des patients à domicile et évalue leurs réponses. Les messages qui évoquent une possible complication ou une incompréhension sont transmis aux équipes médicales sous forme d’alerte. A charge pour ces dernières de rappeler le patient afin d’intervenir ou de réajuster le traitement.
Les échanges peuvent être suivis en continu et en temps réel, via une plateforme sécurisée. Les questions envoyées en fonction du jour et de l’heure, les réponses devant générer une alerte auprès des équipes médicales et les recommandations à transmettre en amont et en aval de l’opération sont élaborés par les équipes médicales et peuvent être revus à tout moment.  Cette automatisation des dialogues va libérer un temps précieux pour les soignants.
L’algorithme "Memoquest" a été développé par la start-up Calmedica, spécialisée dans l’utilisation de l’intelligence artificielle en santé.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.