Chirurgie ambulatoire : un hébergement en maison d’accueil à partir de 23€

Opéré en ambulatoire, le patient arrive le matin au CHRU et repart chez lui en fin de journée mais comment faire quand il vient de loin et doit dormir sur place pour être à l’heure au rendez-vous avec l’anesthésiste et le chirurgien ? Beaucoup de personnes choisissent d’arriver la veille et de partir le lendemain. Où sont-elles hébergées ? Pour leur offrir une solution au moindre coût, le CHRU de Montpellier vient de conclure un partenariat avec Annie Sequier-Blanc, présidente de la Pasquière, la maison d'accueil des familles de malades hospitalisés

Opéré en ambulatoire, le patient arrive le matin au CHRU et repart chez lui en fin de journée mais comment faire quand il vient de loin et doit dormir sur place pour être à l’heure au rendez-vous avec l’anesthésiste et le chirurgien ? Beaucoup de personnes choisissent d’arriver la veille et de partir le lendemain. Où sont-elles hébergées ? Pour leur offrir une solution au moindre coût, le CHRU de Montpellier qui s’est fixé l’objectif de réaliser 40% de son activité chirurgicale en ambulatoire en 2017 vient de conclure un partenariat avec Annie Sequier-Blanc, présidente de la Pasquière, la maison d’accueil des familles de malades hospitalisés située à quelques stations de tramway du CHRU.
Cet établissement ouvrira une dizaine de chambres aux patients et familles de patients. La Pasquière a toujours hébergé les familles des malades hospitalisés. Evolution des pratiques oblige, elle accueille . de plus en plus souvent des patients opérés en ambulatoire. Ces personnes et leurs proches bénéficient d’une chambre douillette et confortable à partir de 23 € la nuit, ce qui leur permettra de pouvoir y séjourner la nuit précédant l’opération et si besoin celle suivant l’opération. Cette solution s’adresse en premier lieu aux futurs opérés domiciliés en dehors de l’agglomération et qui pourront demeurer à proximité de l’hôpital en cas de problème. 
L’hébergement des patients et des familles de malades : une priorité
Cette démarche s’inscrit dans une réflexion nationale, à laquelle participe la Pasquière, en tant que maison d’accueil hospitalière, à travers la Fédération Nationale des Maison d’accueil Hospitalières (FMAH).
Un des premiers CHU français à formaliser ce partenariat après Toulouse notamment, le CHRU de Montpellier a édité un flyer diffusé dans toutes les salles d’attente de soins ambulatoire pour signaler cette possibilité d’hébergement. Ce relais entre l’hôpital et la maison concourt au projet thérapeutique des malades et participe activement à la logique de parcours de soins telle qu’elle est mise en valeur dans le cadre de la stratégie nationale de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.