Chirurgie ambulatoire : une nouvelle unité organisée autour de 4 salles d’opération

Sur son nouveau site au Sud de la ville, le CHU Amiens-Picardie vient d’ouvrir une Unité Médico-Chirurgicale dédiée aux interventions ambulatoires (UMCA). Dans ses 4 salles de bloc seront assurées toutes les chirurgies ambulatoires adulte du CHU* ainsi que les endoscopies sous anesthésie générale ; actes qui autrefois étaient effectuées dans les services des spécialités. Cette nouvelle organisation pensée dans le cadre de la reconstruction du CHU respecte

Sur son nouveau site au Sud de la ville, le CHU Amiens-Picardie vient d’ouvrir une Unité Médico-Chirurgicale dédiée aux interventions ambulatoires (UMCA). Dans ses 4 salles de bloc seront assurées toutes les chirurgies ambulatoires adulte du CHU* ainsi que les endoscopies sous anesthésie générale ; actes qui autrefois étaient effectuées dans les services des spécialités. Cette nouvelle organisation pensée dans le cadre de la reconstruction du CHU respecte le principe des circuits courts et fluides tout en maintenant un haut niveau de qualité et de technicité.
Cette unité 17 lits et places – 9 lits en chambres individuelles et 8 fauteuils – accueillera plus de 4 500 patients par an.  Ces derniers apprécieront le nouveau salon de sortie créé pour garantir des conditions optimales de retour au domicile.
Chirurgie ambulatoire : atteindre le taux cible de 40% en 2016
En 2013, le CHU Amiens-Picardie se classait en 5ème position, parmi les CHU/CHR ayant le plus fort taux de chirurgie ambulatoire**, avec un taux de près de 28%. Et avec une augmentation moyenne de plus de 14% par mois depuis le début de l’année 2014, le taux de chirurgie ambulatoire du CHU Amiens-Picardie devrait atteindre près de 32% à la fin de l’exercice et approchant le taux cible de 40% pour 2016.
De nouvelles indications grâce aux innovations
Le CHU Amiens-Picardie réfléchit au développement d’équipements ou de protocoles innovants afin d’élargir le circuit ambulatoire à de nouveaux patients relevant de la chirurgie de l’obésité ou des urgences. L’établissement étudie également de nouveaux modes de suivis post-opératoires en s’appuyant sur des outils connectés ou des partenariats avec des réseaux libéraux (ISIPAD2).
*hormis l’ophtalmologie, qui se réalisera à l’Institut Ophtalmologique de Picardie
** derrière Metz-Thionville, Dijon, Orléans, Tours

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.