Chirurgie au laser: 2 bébés sauvés en 30 minutes

Depuis le mois de mai 2014, l’hôpital Femme Mère Enfant accueille les grossesses gémellaires compliquées, avec ou sans syndrome transfuseur / transfusé (STT). Ces soins vitaux, auparavant dispensés à Paris ou à Clermont-Ferrand, sont désormais accessibles à Lyon pour les patientes de la région Rhône-Alpes.
Depuis le mois de mai 2014, l’hôpital Femme Mère Enfant accueille les grossesses gémellaires compliquées, avec ou sans syndrome transfuseur / transfusé (STT). Ces soins vitaux, auparavant dispensés à Paris ou à Clermont-Ferrand, sont désormais accessibles à Lyon pour les patientes de la région Rhône-Alpes.
Le syndrome transfuseur / transfusé est une pathologie grave qui concerne les fœtus des jumeaux. Dans de rares cas, les jumeaux partagent le même placenta, leurs cordons ombilicaux sont alors reliés par des vaisseaux sanguins, les anastomoses. Dans 15% des cas, cela entraine un déséquilibre circulatoire entre les bébés, c’est le STT.

L’un des jumeaux, le donneur, transfuse le second, le receveur. Le jumeau receveur, souvent plus gros, pompe le donneur et peut être victime d’une surcharge du volume sanguin qu’il compensera par une production d’urine et donc un excès de liquide amniotique. Le jumeau donneur, parfois plus petit, subit l’effet inverse et donc une baisse de pression sanguine et de liquide amniotique. Il y a alors urgence pour la survie des deux bébés. 

La coagulation des anastomoses par laser est une technique de chirurgie in utero innovante. Après une anesthésie loco régionale et sous contrôle échographique, le médecin pratique une fœtoscopie in utero par le biais d’un trocard. Ce télescope miniature permet d’observer les anastomoses  présentes sur le placenta et de les coaguler avec un laser afin d’interrompre la circulation entre les deux fœtus. L’intervention est rapide, 20 à 40 minutes en moyenne. 
Ce traitement au laser permet la survie d’un des jumeaux à 80% et celle des deux à 65%, des chiffres impressionnants quand on sait que le STT, sans prise en charge, mène au décès des deux enfants dans 90% des cas.
Ces prises en charge se déroulent au centre des grossesses multiples de l’hôpital Femme Mère Enfant, avec l’appui d’un médecin spécialisé, d’une sage-femme et d’un psychologue. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.