Chirurgie de la colonne vertébrale : Dijon acquiert un imageur 3D

Avec l’acquisition d’un imageur 3D, l’unité de neurochirurgie du CHU, dirigée par le Docteur Beaurain, conforte sa position de recours régional. Ce mini scanner peropératoire, le premier de l’inter-région Grand-Est, garantit la qualité et la sécurité des soins prodigués en chirurgie du rachis ; une offre unique sur le territoire au service d’une patientèle toujours plus nombreuse.

Avec l’acquisition d’un imageur 3D, l’unité de neurochirurgie du CHU, dirigée par le Docteur Beaurain, conforte sa position de recours régional. Ce mini scanner peropératoire, le premier de l’inter-région Grand-Est, garantit la qualité et la sécurité des soins prodigués en chirurgie du rachis ; une offre unique sur le territoire au service d’une patientèle toujours plus nombreuse.
L’imageur 3D : intervention et contrôle simultanés
L’imageur 3D permet de suivre instantanément les gestes réalisés par les équipes dans le cadre de la chirurgie complexe et délicate du rachis. Son atout principal ? Le contrôle en direct de la pose d’implants dans la colonne vertébrale. Le CHU Dijon Bourgogne devient le 10ème établissement sur l’ensemble du territoire français à s’équiper d’un imageur 3D. 
L’offre de soins du CHU Dijon Bourgogne : un rôle de recours régional
Si la chirurgie de la colonne n’est pas l’unique spécialité du service de neurochirurgie, elle représente 60 % de son activité globale. La chirurgie du rachis requiert la maitrise d’un panel large d’approches et de techniques opératoires, puisque la colonne vertébrale s’étend du cou au bassin. En quelques années, les équipes du CHU ont déployé compétences et savoir-faire. L’excellence du service se mesure à sa reconnaissance nationale. Ainsi, le 5 juin 2015, le praticien dijonnais est devenu Président de la Société Française de Chirurgie Rachidienne.
En plus des pathologies dégénératives, le CHU est le seul établissement de Bourgogne à accueillir les urgences rachidiennes traumatiques, neurologiques ou non, les affections tumorales ou infectieuses de même que les cas difficiles de reprises chirurgicales. Pour optimiser cette prise en charge, les équipes médicales et paramédicales ont su adopter des techniques innovantes. Elles s’illustrent notamment dans la pose de prothèses discales lombaires ou cervicales et dans la maitrise de techniques dites mini-invasives ou vidéo-assistées. Des progrès qui bénéficient directement aux patients et s’évaluent à l’aune des douleurs postopératoires réduites et de la rapidité de récupération.
Le service est aussi le seul sur Dijon à proposer une prise en charge en chirurgie ambulatoire pour certains patients souffrant de hernies discales lombaires. Cette alternative nouvelle concerne avant tout des patients autonomes, résidant à Dijon ou dans ses environs, afin de limiter les déplacements à l’issue de l’opération. Réalisée sous anesthésie générale légère, cette intervention permet de diminuer les effets secondaires et favorise une récupération plus rapide.
La force de la multidisciplinarité
Pour offrir à la population un panel de prises en charge très complet, l’unité de neurochirurgie collabore avec les autres services du CHU : rhumatologie, médecine interne, neurologie, maladies infectieuses, centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle, unités de traitement et de prise en charge de la douleur du CHU et du centre de lutte contre le cancer Centre Georges François Leclerc.
La coopération avec les neuroradiologues interventionnels permet de traiter des pathologies tumorales métastatiques hypervascularisées en diminuant le risque hémorragique. De même, la présence au sein du CHU d’une équipe d’anesthésistes dédiée, parfaitement au fait des techniques inhérentes à la chirurgie rachidienne, renforce le savoir-faire du service de neurochirurgie et la sécurité des soins prodigués.
Le développement des pathologies rachidiennes
Inhérentes au vieillissement de la population, les maladies dégénératives du rachis se traduisent par l’augmentation des pathologies types arthrose ou vieillissement de la colonne vertébrale et des disques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.