Chirurgie de la femme : une 1ère en France grâce à une collaboration Rennes – New York University

L’appareil urinaire de deux femmes femmes dont l’une âgée d’une soixantaine d’années vient d'être reconstruit en greffant un morceau de leur muqueuse buccale. Il s'agit d'une nouvelle technique opératoire importée des USA et adoptée pour la première fois en France par le CHU de Rennes. Cette innovation chirurgicale offre un nouvel espoir dans le traitement de la sténose de l’urètre, pathologie qui se traduit par des infections urinaires à répétition, une diminution du jet ou encore vidange vésicale incomplète.

L’appareil urinaire de deux femmes femmes dont l’une âgée d’une soixantaine d’années vient d’être reconstruit en greffant un morceau de leur muqueuse buccale. Il s’agit d’une nouvelle technique opératoire importée des USA et adoptée pour la première fois en France par le CHU de Rennes. Cette innovation chirurgicale offre un nouvel espoir dans le traitement de la sténose de l’urètre, pathologie qui se traduit par des infections urinaires à répétition, une diminution du jet ou encore vidange vésicale incomplète.
L’urètre est un conduit partant de la vessie pour évacuer les urines. La sténose de l’urètre est une pathologie bénigne mais rare chez la femme qui se caractérise par le rétrécissement du calibre de l’urètre. Mal connues, ses causes sont présumées être essentiellement iatrogènes, c’est-à-dire survenant dans les suites d’un sondage urinaire, d’une dilatation urétrale ou d’une intervention chirurgicale sur l’urètre. Dans certains cas, elles pourraient être dues à des traumatismes du périnée, des infections urogénitales ou des accouchements traumatiques.
Jusqu’à ce jour cette pathologie n’était pas traitée en France, la seule option thérapeutique proposée étant la dilatation urétrale qui pourrait, en réalité, être l’une des principales causes de sténose en aggravant la fibrose péri-urétrale.
Une technique chirurgicale inédite mise au point aux USA
A l’occasion d’un séjour d’un an à la New York University (New York, USA), le Dr Benoit Peyronnet, urologue au CHU de Rennes, a découvert une nouvelle technique chirurgicale de traitement de la sténose urétrale chez la femme, mise au point par l’équipe d’urologie américaine. Cette technique consiste à reconstruire un urètre de calibre normal en greffant un morceau de tissu prélevé à l’intérieur de la bouche de la patiente (muqueuse buccale). Parfois utilisée chez l’homme elle n’avait, à ce jour, jamais été réalisée en France chez la femme et n’est pratiquée que dans quelques centres dans le monde, essentiellement aux USA et en Angleterre.
Bien que restreintes à quelques études comprenant un nombre limité de patientes, les données disponibles après un an de recul suggèrent des résultats très prometteurs, puisque 100% des patientes intégrées de la série de la New York University reconnaissent une amélioration de leurs symptômes urinaires. 
Une première réalisation en France au CHU de Rennes
Grâce à la collaboration intense entre les services d’urologie du CHU de Rennes et de la New York University établie à l’issue de ce séjour achevé en novembre 2018, cette technique a été importée dans le service d’urologie rennais. Les deux premières patientes ont été opérées au CHU de Rennes ce vendredi 13 septembre 2019 par le Dr Benoit Peyronnet et l’équipe d’urologie fonctionnelle (Dr Juliette Hascoet, Dr Andrea Manunta, Dr Quentin Alimi, Dr Lucas Freton) en présence du Dr Benjamin Brucker, chef de la division d’urologie fonctionnelle et reconstructrice de la New York University, venu spécialement pour l’occasion.L’équipe d’ORL du CHU de Rennes du Pr Franck Jegoux, a également été impliquée dans ces interventions puisque les chirurgiens ORL ont prélevé le tissu de muqueuse buccale utilisé pour la reconstruction urétrale.
Les deux patientes souffrant depuis de nombreuses années de symptômes urinaires – et dont l’une est porteuse d’une sonde de drainage des urines depuis près de deux ans – devraient ainsi pouvoir retrouver une vie « normale » avec seulement une à deux journées d’hospitalisation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.