Chirurgie de l’obésité, 100 ème «By-pass» réalisé à l’hôpital de la Timone

Le service de chirurgie digestive et générale de la Timone, dirigé par le Pr Bernard Sastre, a réalisé son 100 ème «By-pass ». Une Technique chirurgicale complexe pour traiter les formes d’obésité les plus graves. Avec cette 100 ème opération, le secteur « chirurgie de l’obésité » du service, placé sous la responsabilité du Dr Bruno Berthet, affirme son niveau de référence dans ce domaine et fait face à une explosion de ce type d’interventions. En 2011, 60 opérations de ce type sont prévues contre 15 effectuées en 2007.

Le service de chirurgie digestive et générale de la Timone, dirigé par le Pr Bernard Sastre, a réalisé son 100 ème  «By-pass ». Une Technique chirurgicale complexe pour traiter les formes d’obésité les plus graves. Avec cette 100 ème opération, le secteur « chirurgie de l’obésité » du service, placé sous la responsabilité du Dr Bruno Berthet, affirme son niveau de référence dans ce domaine et fait face à une explosion de ce type d’interventions. En 2011, 60 opérations de ce type sont prévues contre 15 effectuées en 2007.
 Le « By-pass », une intervention réservée aux centres experts
Il existe trois types d’intervention chirurgicale pour traiter l’obésité : l’anneau gastrique, la gastrectomie ou « sleeve » et le « Gastric By-pass ». Cette dernière, étant la plus  complexe, elle nécessite un suivi interdisciplinaire (endocrinologie, psychiatrie, diététique,..), la présence d’experts en chirurgie « bariatrique » et un plateau technique performant associant les départements de radiologie, d’anesthésie-réanimation et de cardiologie.  Cette technique offre de bien meilleurs résultats que les autres interventions. Elle permet une réduction très importante et durable du poids, 45 kg en moyenne,  et une action sur les affections dues au surpoids : le diabète, l’hypertension artérielle, les pathologies cardio-vasculaires, le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) et les atteintes ostéoarticulaires.
L’obésité, un fléau- socio-économique
L’augmentation exponentielle du nombre d’interventions chirurgicales de l’obésité à l’hôpital de la Timone, révèle l’ampleur que prend cette maladie. L’obésité, si elle n’est pas un problème récent, devient un problème de plus en plus préoccupant. En Provence, le nombre d’obèses est passé de 6,5% en 1997 à 11% en 2006. En France, près de 12% de la population est obèse et 1 français sur 3 présente une surcharge pondérale. On constate aussi que l’obésité frappe en majorité les populations des milieux socio-économiques défavorisés. Le mode de vie de plus en plus sédentaire, le manque d’activité physique et une alimentation trop riche, sont au cœur des problèmes de surpoids et d’obésité. 

Pour bénéficier du « By-pass », le patient doit répondre à des critères médicaux précis, présenter une obésité morbide (Indice de masse corporelle supérieur à 40 ou supérieur à 35  avec des complications (hypertension, diabète, SAS), être en échec des régimes alimentaires bien conduits et avoir été suivi pendant une année par une équipe pluridisciplinaire (endocrinologue, diététicienne, chirurgien, psychiatre). Les décisions sont prises lors de Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP).
Menée par coelioscopie, cette intervention consiste à réduire le volume de l’estomac pour produire une restriction et modifier le circuit alimentaire. Les aliments ne passent plus par l’estomac et la partie supérieure du tube digestif. Ils sont absorbés plus loin dans l’intestin réalisant une malabsorption. Cette situation peut générer des « dumping syndrom » et à long terme des carences qu’il est nécessaire de dépister et de traiter dans les services qui ont l’expérience de ces patients.
Pour plus d’information contacter
Alexandre LANZALAVI
Attaché de communication
Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille
80 rue Brochier
13005 Marseille
Tél: (33) 491 382 972
Fax: (33) 491 382 548

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.