Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.

Une personne sur cinq est touchée par l’obésité en France. Un fléau considéré par l’Organisation mondiale de la Santé comme le premier facteur de risque de nombreuses affections critiques, comme les maladies cardiovasculaires, métaboliques et articulaires, les troubles respiratoires sévères, le désordre métabolique tel que le diabète de type 2 et les cancers. Pour les personnes atteintes d’une obésité sévère avec maladies associées ou obésité morbide, la chirurgie bariatrique, qui consiste à modifier l’anatomie du système digestif, est le seul traitement reconnu comme efficace par les autorités de santé. Problème : 50% des patients obèses opérés sont perdus de vue deux ans après l’intervention.

Pour remédier à cette déperdition représentant un enjeu de santé publique majeur, le Centre intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique de soins de suite et de réadaptation Les Lilas bleus ont créé, avec les CHU de Lille et Toulouse, « Baria-up ». Parcours d’accompagnement expérimental et innovant, Baria-up doit permettre aux patients opérés de devenir acteurs de leur traitement sur plusieurs années. L’idée est d’avant tout éviter le risque de rupture de soins : « La prise en charge de l’obésité est complexe et la chirurgie bariatrique nécessite un accompagnement pluridisciplinaire et long des patients, avant et après l’opération, qui n’existe pas aujourd’hui. Baria-up est le résultat de deux ans de travail, qui s’appuie sur l’éducation thérapeutique : donner au patient la connaissance et les compétences pour qu’il puisse adopter un comportement vertueux et pérenniser le résultat de l’opération.», explique Emmanuel Disse, Pr d’endocrinologie aux HCL.

DR : Hospices Civils de Lyon
DR : Hospices Civils de Lyon

Le 17 février dernier, deux premiers patients ont été intégrés à ce programme issu d’une coopération renforcée entre la Clinique Les Lilas Bleus et le Centre intégré de l’Obésité (CIO) des Hospices Civils de Lyon. Après leur opération prévue à l’hôpital Edouard Herriot, ils rejoindront ensuite le programme d’accompagnement de la clinique. Concrètement, l’équipe médicale et paramédicale leur a proposé d’intégrer le parcours expérimental sur cinq ans, avec une préparation et un suivi renforcés. L’objectif est d’améliorer les résultats de leur chirurgie sur le temps long et éviter d’éventuelles complications telles que des carences, des infections ou une reprise de poids.

Un suivi diététique, psychologue et de l’activité physique

Outre l’opération, les patients bénéficieront d’un accompagnement médical avec le Dr Guiguet, médecin référente du projet Baria-up au sein de la clinique. Celui-ci sera accompagné d’un suivi diététique, psychologique et par une activité physique adaptée. Ce suivi coordonné se fera essentiellement sous forme d’ateliers collectifs, auxquels les patients s’engageront à participer. Des séances individuelles pourront par ailleurs être proposées. Le but de ces séances sera d’informer le patient sur l’incidence des suites de la chirurgie sur sa vie, que ce soit dans la sphère familiale, amicale ou professionnelle, et de l’aider après son opération. Il bénéficiera aussi de la délivrance de compléments vitaminiques tout au long des cinq années de l’expérimentation.

C’est le digital qui assurera un suivi une fois les patients chez eux. Une application mobile permettra aux patients de prendre leurs rendez-vous et d’échanger avec leur équipe soignante, mesurer leur rétablissement et leur évolution sur le long terme. « Le parcours est coordonné de manière personnalisée et pluridisciplinaire entre établissements MCO (médecine chirurgie obstétrique), experts, SSR (soins de suite et réadaptation) spécialisés et médecins traitants », précise le Pr Disse. In fine, c’est 80% des patients que l’on cherchera à suivre à deux ans, soit 30% de plus qu’aujourd’hui.

Une expérimentation nationale dans trois CHU

Validée par le ministère de la Santé et des Solidarités au titre de l’Article 51, l’expérimentation a été co-construite par plusieurs porteurs du projet : trois CIO (Centre Intégré de l’Obésité) / CSO (Centre Spécialisé de l’Obésité) des CHU lyonnais, toulousain, et lillois, trois SSR (Clinique Les Lilas Bleus, Cliniques de Villeneuve d’Ascq de Lille et Clinique de Bondigoux de Toulouse) et le Collectif national des associations d’obèses (CNAO), avec le support méthodologique et logistique de Medtronic, pour proposer une solution structurée combinant les ateliers en présentiel et l’accompagnement digital. Déployé depuis le printemps 2021 à Lyon, Toulouse et Lille pour cinq ans, le programme Baria-up pourrait ensuite être étendu à d’autres territoires.

La rédaction avec les Hospices Civils de Lyon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.