Chirurgie digestive et autonomie du patient : Nancy obtient le label GRACe, une 1ère

Récupérer plus rapidement son autonomie après une intervention chirurgicale est le vœu de tout patient opéré. Pour l'exaucer, le service de chirurgie digestive du CHRU de Nancy a suivi un programme innovant et ses efforts viennent d'être récompensés avec le label GRACe pour Groupe francophone de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie. Une première en France ! Ce nouveau protocole diminue le stress chirurgical, maintient l’homéostasie (équilibre des constantes générales comme la température, le fonctionnement du cœur, la pression artérielle, etc.), et favorise le retour rapide à l’état physiologique de base. Il est ainsi possible de limiter les complications post opératoires et de favoriser une récupération plus rapide pour le patient.

Récupérer plus rapidement son autonomie après une intervention chirurgicale est le vœu de tout patient opéré. Pour l’exaucer, le service de chirurgie digestive du CHRU de Nancy a suivi un programme innovant et ses efforts viennent d’être récompensés avec le label GRACe pour Groupe francophone de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie. Une première en France ! Ce nouveau protocole diminue le stress chirurgical, maintient l’homéostasie (équilibre des constantes générales comme la température, le fonctionnement du cœur, la pression artérielle, etc.), et favorise le retour rapide à l’état physiologique de base. Il est ainsi possible de limiter les complications post opératoires et de favoriser une récupération plus rapide pour le patient.

Un confort très apprécié des patients

Après l’intervention, dès son retour en chambre, le patient est assis au fauteuil. Il est autorisé à boire et à manger. Le lendemain, il se lève, fait sa toilette, marche et se nourrit selon son appétit. Aucun drain chirurgical ni sonde urinaire ne sont posés et la personne retrouve très vite son autonomie.
Un bilan sanguin est réalisé chaque jour et permet au patient, selon des seuils fixés, de sortir au quatrième jour après une chirurgie colique, contre 6 à 7 jours habituellement. Avant son départ, l’équipe vérifie l’absence de fièvre ou de douleur et son bilan biologique doit être satisfaisant.
Comme en chirurgie ambulatoire, le patient est informé en pré-opératoire, de l’organisation des soins et de l’importance de sa participation active dans le processus. Son médecin traitant est prévenu par téléphone de l’entrée du patient dans ce programme et du jour de sa sortie.

La réhabilitation améliorée a de l’avenir

Cette modalité de prise en charge est proposée depuis mars 2017 pour la chirurgie colorectale et depuis octobre 2018 pour la chirurgie hépatobiliaire. Le CHRU de Nancy devient ainsi, le premier centre français hospitalier à obtenir le label GRACe pour la chirurgie hépatobiliaire.
Une réussite qui repose en grande partie sur la collaboration étroite entre le Pr Adeline Germain, chirurgien digestif, le Dr Julien Birckener, médecin anesthésiste-réanimateur et le Dr Aurélie Malgras, médecin nutritionniste et sur l’implication et l’engagement des équipes paramédicales.
Ce Label souligne l’engagement du CHRU de Nancy dans une démarche constante d’optimisation des soins proposés aux patients.
En savoir + sur GRACe : http://www.grace-asso.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.