Chirurgie du dos : des interventions plus sûres et des doses limitées de rayonnement

Pour traiter les instabilités et déformations de la colonne vertébrale les chirurgiens placent des vis afin de la redresser. Pour les insérer avec un maximum de précision les chirurgiens du CHU de Bordeaux viennent d’acquérir Le PediGuard. « Ce dispositif utilise une technologie par impédance sans rayons X qui permet de détecter dès le début les éventuelles mauvaises orientations lors de l’insertion de vis vertébrales et de corriger immédiatement la trajectoire.

Pour traiter les instabilités et déformations de la colonne vertébrale, les chirurgiens placent des vis afin de la redresser. Pour les insérer avec un maximum de précision les chirurgiens du CHU de Bordeaux viennent d’acquérir Le PediGuard. « Ce dispositif utilise une technologie par impédance sans rayons X qui permet de détecter dès le début les éventuelles mauvaises orientations lors de l’insertion de vis vertébrales et de corriger immédiatement la trajectoire. Ceci permet de réduire l‘exposition aux rayonnements, tout en sécurisant encore davantage le geste opératoire en complémentarité avec la navigation 3D »  expliquent le Pr Jean-Marc Vital et le Pr Jean-Charles Le Huec, responsables des unités d’orthopédie-traumatologie Rachis I et Rachis II.
Cette technologie optimise au maximum la sécurité des patients, tout en réduisant l’exposition aux radiations des équipes opératoires et du patient. Une avantage sur l’imagerie qui induit une forte exposition à ses rayonnements notamment pour l’équipe opératoire.
Le CHU de bordeaux a fait l’acquisition de l’ensemble des technologies destinées à sécuriser et optimiser la chirurgie du dos et plus précisément le geste opératoire : 
· imagerie 3D per opératoire avec l’O-arm qui est un scanner per opératoire
· navigation couplée par infrarouge, qui permet la réalisation de chirurgie en réalité virtuelle
· robot chirurgical actuellement en phase d’évaluation et de développement pour la colonne vertébrale par le Pr Le Huec

Le CHU a donc décidé de soutenir son équipe chirurgicale dans cette démarche d’optimisation en misant sur la sécurité et l’enseignement. 
« le CHU de Bordeaux est réputé pour son expertise en chirurgie vertébrale. Plusieurs des chirurgiens orthopédistes qui y exercent bénéficient d’une renommée internationale auprès de leurs pairs, c’est une grande satisfaction qu’ils commencent à utiliser notre instrument de Guidage Chirurgical Dynamique. Le PediGuard est aujourd’hui utilisé dans près de la moitié des centres universitaires français et un quart des centres universitaires américains qui enseignent la chirurgie de la colonne vertébrale. »se félicite Pierre Jérôme, Cofondateur et Directeur Général de SpineGuard, Société qui a conçu ce dispositif.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.