Chirurgie du nez et des sinus : des interventions plus précises grâce au nouvel équipement de Nice

Pour combattre les rhino-sinusites chroniques, les tumeurs naso-sinusiennes ou les cancers des sinus, les équipes de l’Institut universitaire de la face et du cou (IUFC) du CHU de Nice disposent d’une nouvelle arme : un système de chirurgie endonasale assistée par ordinateur. Grâce à l’hyper précision de cet équipement le champ des possibilités chirurgicales est étendu et les suites opératoires sont simplifiées. D’ores et déjà, 30 patients des Alpes-Maritimes opérés du nez et des sinus, ont bénéficié de cette avancée. « Nous sommes très fiers que ce système, qui est le premier à être installé en France, le soit à l’IUFC ». s’est félicité Charles Guepratte, directeur général du CHU de Nice.

Pour combattre les rhino-sinusites chroniques, les tumeurs naso-sinusiennes ou les cancers des sinus, les équipes de l’Institut universitaire de la face et du cou (IUFC) du CHU de Nice disposent d’une nouvelle arme : un système de chirurgie endonasale assistée par ordinateur. Grâce à l’hyper précision de cet équipement le champ des possibilités chirurgicales est étendu et les suites opératoires sont simplifiées. D’ores et déjà, 30 patients des Alpes-Maritimes opérés du nez et des sinus, ont bénéficié de cette avancée. « Nous sommes très fiers que ce système, qui est le premier à être installé en France, le soit à l’IUFC ». s’est félicité Charles Guepratte, directeur général du CHU de Nice.
Les atouts du nouveau système
La vidéochirurgie a permis d’augmenter les prescriptions en chirurgie sinusienne et en chirurgie de la base du crâne avec une marge d’erreur inférieure à 1 mm. Le chirurgien connait en temps réel la position de ses instruments en la visualisant sur le scanner préopératoire d’un patient Une précision qui fait toute la différence en chirurgie sinusienne où la difficulté réside dans l’identification des structures sensibles proches des sinus tels que les orbites et les nerfs optiques et les structures intracrâniennes (artère carotide interne, méninge et cerveau). Cette identification est indispensable afin d’éviter des complications potentiellement graves.
L’Institut universitaire de la face et du cou est reconnu pour son expertise et les travaux de ses chercheurs.
Il figure parmi les centres les mieux placés dans les différents palmarès. Il est classé parmi les 5 premiers établissements pour les cancers en ORL, cancers de la thyroïde et en tumeurs  des glandes salivaires. Les équipes conduisent des  travaux de recherche en cancérologie ORL, en chirurgie de l’oreille et dans les implants cochléaire. Pour accompagner son développement, il peut compter sur le soutient du Conseil départemental des Alpes-Maritimes. La plateforme Les équipes du Professeur Castillo ont été retenues dans le cadre d’un appel à projets lancé par le département et visant la création d’une unité de Chirurgie endonasale Assistée par Ordinateur (CAO) pour la prise en charge des pathologies tumorales de la base du crâne. C’est d’ailleurs dans ce cadre que le nouvel équipement a pu être acquis, co-financé par le Département et le CHU de Nice, pour un montant total de 108 834, 41 euros.
Le député Eric Ciotti a souligné l’engagement des élus et leur volonté « de préserver et d’améliorer un système de santé, basé sur la solidarité nationale et la grande compétence de ses acteurs. La santé des habitants des Alpes-Maritimes et la prise en charge efficace de ceux qui sont frappés par la maladie sont de véritables priorités. Nous soutenons les structures et les porteurs de projets pour améliorer la qualité de vie et la santé des maralpins. Ce bel équipement illustre parfaitement l’excellence de la recherche médicale azuréenne que le Département des Alpes-Maritimes, avec son Président Charles Ange Ginésy, est fier de financer au travers des Appels à projets Santé. » 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.