Chirurgie : les multiples indications du robot da Vinci

L'équipe de cardiologie du CHU de Bordeaux au cours d'une opérationA Bordeaux, les équipes de cinq spécialités chirurgicales se partagent le robot chirurgical de dernière génération. Il s'agit de la chirurgie urologique, digestive, ORL, gynécologique et - fait exceptionnel - la chirurgie cardiaque pour laquelle le CHU a récemment obtenu l'autorisation d'utiliser le robot da Vinci. Une insigne reconnaissance pour ce pôle d'excellence qui maintient son rang européen de service référent, aux avant postes de l'innovation. Les patients bénéficieront des multiples avantages de cet équipement : réduction du saignement, de la douleur postopératoire, des effets secondaires, du temps de convalescence et ce sans aucun dépassement d'honoraire. Le CHU de Bordeaux remplit ainsi sa mission de promotion et de diffusion du progrès médical au service de tous.

A Bordeaux, les équipes de cinq spécialités chirurgicales se partagent le robot chirurgical de dernière génération. Il s’agit de la chirurgie urologique, digestive, ORL, gynécologique et – fait exceptionnel – la chirurgie cardiaque pour laquelle le CHU a récemment obtenu l’autorisation d’utiliser le robot da Vinci. Une insigne reconnaissance pour ce pôle d’excellence qui maintient son rang européen de service référent, aux avant postes de l’innovation. Les patients bénéficieront des multiples avantages de cet équipement : réduction du saignement, de la douleur postopératoire, des effets secondaires, du temps de convalescence et ce sans aucun dépassement d’honoraire. Le CHU de Bordeaux remplit ainsi sa mission de promotion et de diffusion du progrès médical au service de tous.

Cliquer pour agrandir
L’équipe de cardiologie du CHU de Bordeaux au cours d’une opération

Les chirurgiens bordelais plébiscitent cet équipement qui apporte à leurs gestes une précision inégalée, leur transmet une vision en trois dimensions et accroît l’ergonomie et le confort de leur poste de travail en leur permettant d’opérer assis. « La mise en service de cette technologie est un facteur d’attractivité pour les équipes chirurgicales et paramédicales. Elle s’inscrit plus globalement dans une volonté de modernisation du plateau technique du CHU de Bordeaux et signe la volonté de compléter la formation des étudiants et internes en chirurgie, dans le cadre de la mission hospitalo-universitaire de notre établissement. » déclare Alain Hériaud, directeur général du CHU de Bordeaux

La chirurgie robotique en cardiologie, ORL, gynécologie, urologie, chirurgie digestive

Cardiologie
Le CHU de Bordeaux est reconnu comme centre référent de chirurgie cardiaque en France mais également en Europe. La robotique est une avancée majeure pour cette spécialité car elle permet la réalisation d’interventions chirurgicales cardiaques par thoracoscopie, c’est-à-dire sans l’ouverture habituelle du thorax (sternotomie ou thoracotomie). Elle apporte le même bénéfice que la coelioscopie en chirurgie viscérale il y a 20 ans.
Les principales interventions actuellement réalisées comprennent :
– Les pontages coronariens isolés ou en association à une angiolastie-stenting.
– La mise en place de sondes de stimulation ventriculaire gauche pour le traitement de l’insuffisance cardiaque
– La chirurgie de réparation valvulaire mitrale et tricuspidienne

ORL
Le robot chirurgical Da Vinci trouve sa place en chirurgie ORL pour le traitement de certains cancers des voies aéro-digestives supérieures touchant la langue, le voile du palais, les amygdales ou le larynx.
Grâce aux instruments miniaturisés très mobiles et à la qualité de l’image en haute définition, le chirurgien peut pratiquer l’exérèse de la tumeur en passant par la bouche. De plus, la capacité de suture permise par la maniabilité des instruments rendent possible des procédés de reconstruction jusque là impraticables.
Par la suite, la chirurgie du ronflement par la réduction de la partie postérieure de la langue ou encore la chirurgie de la thyroïde en passant par les aisselles, pourront être envisagées.

Gynécologie
La place de la robotique en chirurgie gynécologique est récente mais cependant promise à une forte croissance. Les principales indications de l’utilisation de ce robot en gynécologie sont :
– l’oncologie pelvienne
– l’endométriose sévère
– la stérilité
– l’hystérectomie pour pathologie bénignes
– les myomectomies
– les prolapsus

Urologie
Les interventions liées à cette spécialité sont diverses mais concernent principalement les cancers tels que :
– la prostatectomie pour laquelle les effets secondaires comme l’incontinence ou l’impuissance sont plus facilement évitables grâce à ce mode opératoire
– les néphrectomies complexes pour cancer du rein en cas de tumeur difficile à gérer ou de rein unique
– les cystoprostatecomies radicales pour cancer de la vessie nécessitant dans certains cas des reconstructions de néovessie exigeant une extrême précision
– Les interventions urologiques fonctionnelles peuvent aussi bénéficier des apports du robot.

Chirurgie digestive
En chirurgie digestive, le CHU de Bordeaux est un des leaders nationaux et européens pour la chirurgie des cancers du rectum. La robotique est donc une nouvelle avancée dans ce domaine précis de la cancérologie digestive : le cancer du rectum nécessite une technique minutieuse pour bien traiter la maladie et éviter les séquelles sexuelles. D’autres pathologies peuvent également être traitées par la robotique :
– les pathologies rectales non cancéreuses
– les pathologies oesogastriques
– les chirurgies de l’obésité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.